• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

Rencontre avec Nadav Lapid, réalisateur israélien du film “Synonymes” récompensé à Berlin

Avec « Synonymes », le réalisateur israélien Nadav Lapid a remporté l'Ours d'or à Berlin, le 16 février dernier. / © ODD ANDERSEN / AFP
Avec « Synonymes », le réalisateur israélien Nadav Lapid a remporté l'Ours d'or à Berlin, le 16 février dernier. / © ODD ANDERSEN / AFP

"Synonymes", Ours d’or à Berlin en février dernier, raconte l’histoire d’un jeune Israélien à Paris. Son réalisateur, Nadav Lapid, connaît bien notre capitale.

Par N. Cohen / France 3 Paris IDF

Dans Synonymes, le jeune Yoav – ancien soldat émérite de l'armée israélienne, où il a appris à se battre et à ne plus avoir peur de la mort – a choisi de vivre à Paris. Un personnage que le réalisateur du film, Nadav Lapid, utilise pour raconter sa propre histoire.

Le metteur en scène a, lui aussi, été soldat avant de partir s’installer dans la capitale française : « C’est à Paris qu’on sanctifie tout ce qu’on méprise en Israël. Donc pour [le personnage], Paris c’est la tendresse, la finesse, le goût. Yoav croit que la proposition israélienne est un échec retentissant. »
Portrait de Nadav Lapid, réalisateur du film « Synonymes »
Intervenant : Nadav Lapid, Réalisateur. - N. Cohen et I. Audin.

« Israël est incarné par des jeunes mecs forts, musclés, entièrement fidèles à leur pays »

Dans sa nouvelle vie parisienne, Yoav rencontre son opposé : un compatriote qui ne se pose, au contraire, pas de question. « Israël est incarné par des jeunes mecs forts, musclés, entièrement fidèles à leur pays, explique Nadav Lapid. Des mecs qui divisent le monde d’une manière absolue et dichotomique, entre les nôtres et les autres. »

Les « autres », ce sont par exemple les passagers de la ligne 4. Dans le long métrage, l’ami de Yoav scrute au cours d’une scène chaque visage dans une rame du métro parisien, à la recherche de cet antisémitisme français dont il a tant entendu parler.
 

« La France a aussi ses démons et ses monstres »

« Son idée initiale, selon laquelle il fuit le pire pays possible, Israël, pour arriver dans le meilleur pays possible, la France, est très loin de la vérité, analyse le réalisateur. La France a aussi ses démons et ses monstres. »

Quête existentielle, Synonymes est un film où les gens dansent, chantent, se battent, font l’amour mais parlent aussi de politique. La création, étonnante, vient d'être récompensée par la plus haute distinction de la Berlinale, en février dernier.

Sur le même sujet

toute l'actu cinéma

La difficile lutte contre les ouvertures intempestives de bouches à incendie

Les + Lus