Cet article date de plus de 7 ans

Nathalie Kosciusko-Morizet épingle le Grand Paris "de l'impôt"

La candidate UMP pour la mairie de Paris, Nathalie Kosciusko-Morizet, a critiqué ce dimanche le Grand Paris "de l'impôt", "de la mutualisation de la dette de la Seine-Saint-Denis" et "des postes à se partager entre élus" socialistes, en évoquant les chamailleries de Claude Bartolone et Anne Hidalgo.
Affirmant croire au Grand Paris, "parce que Paris, c'est 2,3 millions d'habitants et les grandes métropoles font 10 millions d'habitants", et avoir comme ministre des Transports "beaucoup soutenu notamment le Grand Paris Express", elle a affirmé sur France 3 que "le gouvernement et la majorité socialiste à Paris ne font absolument pas un Grand Paris des projets pour trouver des réponses aux problèmes de logement et de transport des Parisiens et des Franciliens".

"C'est un Grand Paris de l'impôt, avec un budget de 3,4 milliards, une explosion de la cotisation foncière des entreprises, une augmentation de 20% de la taxe d'habitation, un doublement des amendes de stationnement (...) Ils font un Grand Paris de la mutualisation de la dette de la Seine-Saint-Denis (...) Un Grand Paris des postes à se partager entre élus", a attaqué Mme Kosciusko-Morizet.

Et de juger "frappant de voir que, depuis quelques jours, M. Bartolone et Mme Hidalgo se chamaillent pour savoir qui va avoir la place d'une organisation pas encore créée et que la première proposition de Mme Hidalgo soit de dire qu'on va doubler les contraventions de stationnement pour financer le tout".
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections municipales 2020 les républicains