Paris : après deux incendies, le groupe Bolloré s'oriente vers un rappel de ses bus électriques

Publié le
Écrit par PDB / AFP

La cause principale des deux incendies survenus en avril dans la capitale a été "très vraisemblablement" identifiée annonce le groupe, ce qui devrait occasionner un rappel de la série défectueuse.

Après deux incendies, le groupe Bolloré s'oriente vers un rappel de ses bus électriques. "Nous avons très vraisemblablement identifié la cause racine et envoyé des courriers à nos clients", a annoncé ce mercredi Cyrille Bolloré (l’un des fils de Vincent Bolloré), PDG du groupe éponyme, lors de l'assemblée générale des actionnaires.

L'incident le plus récent, au cours duquel un autobus s'était embrasé, remonte au vendredi 29 avril, dans le XIIIe arrondissement. Le premier incendie de bus électrique Bluebus s'est, lui, déroulé le 4 avril dernier, dans le Ve arrondissement. Les deux incidents n'ont pas fait de blessé.

Suite au second sinistre, la RATP avait immédiatement retiré de la circulation, "par mesure de précaution", les 149 autobus électriques de la série produite par Blue Solutions, une société du groupe Bolloré. Soit près d'un tiers de sa flotte de bus électriques : Bolloré a fourni au total 250 bus électriques à la RATP.

"L'assemblage d'un composant électronique" peut-être à l’origine du problème

D’après les premiers résultats de l'enquête menée par Bluebus, le problème principal ne viendrait pas d'un "défaut d'électrochimie" mais "peut-être de l'assemblage d'un composant électronique sur une série donnée", a indiqué Cyrille Bolloré. Le rappel et la reproduction des modules occasionneraient une dépense supplémentaire de 10 millions d'euros pour le groupe en 2022, a ajouté le dirigeant.

La RATP et le Bureau d'enquêtes sur les accidents de transport terrestre (BEA-TT) ont également lancé des investigations. "C'est quand on aura les résultats des premières enquêtes qu'on prendra la décision de remettre les bus en circulation", une fois d'éventuels correctifs appliqués, avait expliqué à l'AFP Laurent Probst, le directeur général d'Ile-de-France Mobilités. Le premier incendie a été provoqué par "un défaut sur la batterie", avait alors indiqué le directeur général d’IDFM.

A noter que le groupe Bolloré détient aussi plusieurs activités liées au stockage d'électricité. Il développe notamment un système de batteries solides Lithium Métal Polymère (LMP), concurrent des batteries Lithium ion - les plus couramment utilisées pour les véhicules électriques.