Le dispositif semble artisanal : six bouteilles d’essence, ainsi qu’un un dispositif d'allumage rudimentaire. Le mécanisme, découvert ce jeudi matin près de la porte de Pantin, était placé sous plusieurs camions de la société Lafarge, située dans le 19ème arrondissement de Paris.

La cimenterie, qui borde le canal de l'Ourcq et le boulevard périphérique porte de Pantin, se situe au Nord-est de Paris.

Ce contenu n'est pas compatible AMP.

Cliquez ici pour accéder au site mobile.


Six bouteilles, reliées à un mécanisme rudimentaire

Ce sont des ouvriers – lors de leur prise de service – qui ont découvert les bouteilles. Les démineurs du laboratoire central de la préfecture de police se sont rapidement rendus sur place.

Un périmètre de sécurité a été installé, et le deuxième district de la police judiciaire (2e DPJ) de Paris a été saisi de l'enquête. Le parquet de Paris a lui ouvert une enquête en flagrance du chef de tentative de destruction par incendie.

Ce contenu n'est pas compatible AMP.

Cliquez ici pour accéder au site mobile.



La découverte intervient six jours après celle de bonbonnes de gaz dans un immeuble du 16e arrondissement de Paris. Dans l’affaire, a priori sans lien avec les camions Lafarge, six personnes dont deux fichées pour radicalisation, ont été placées en garde à vue.

Le cimentier Lafarge se voit par ailleurs reproché d’avoir indirectement financé des groupes armés en Syrie, dont l'organisation Etat islamique. Une dossier d'instruction est en cours, notamment pour financement d'entreprise terroriste.