Paris : le porte-parole d’une association LGBT tunisienne agressé dans le 11ème arrondissement

Le porte-parole de l'association tunisienne de défense des droits LGBT Shams a été agressé jeudi soir dans le 11ème arrondissement de Paris. / © Josep LAGO / AFP
Le porte-parole de l'association tunisienne de défense des droits LGBT Shams a été agressé jeudi soir dans le 11ème arrondissement de Paris. / © Josep LAGO / AFP

Nidhal Belarbi, porte-parole de l’association LGBT tunisienne Shams, a été agressé dans la nuit de jeudi à vendredi dans le 11ème arrondissement de Paris. Une enquête a été ouverte par le parquet de Paris.

Par SMl

Nidhal Belarbi rentrait chez lui dans le 11ème arrondissement de Paris, dans la nuit de jeudi à vendredi, lorsqu’il a été violemment agressé par 4 personnes proférant des insultes homophobes. Porte-parole de l’association tunisienne de défense des droits des personnes LGBT Shams, Nidhal Belardi a été roué de coups et "a dû être conduit au service des urgences le plus proche", selon un communiqué de l’association IDAHO-France.
 
En 2017, Nidhal Belardi avait été arrêté et condamné en Tunisie pour son homosexualité. "Se trouvant en danger de mort, il a demandé l’asile politique en France", précise le communiqué de l’association. Mais jeudi soir, un homme qui l’avait déjà agressé en 2013 en Tunisie "l’a reconnu" et l’a passé à tabac avec 3 autres comparses.

Alors que le jeune homme venait d’être pris en charge par les pompiers, un des agresseurs aurait ensuite tenté de pénétrer de force dans le véhicule de secours pour "finir le travail", selon Louis-Georges Tin, fondateur de la Journée mondiale contre l'homophobie et la transphobie, qui héberge Nidhal Belarbi en attendant qu'il obtienne un logement social dans la capitale. "ll a fallu que le pompier le repousse et verrouille la porte", a raconté l’homme à l’AFP.

Une enquête ouverte par le parquet de Paris

La victime n'a pas de fractures mais souffre de "nombreuses contusions aux côtes et au cou" qui ont nécessité la pose d'une minerve. Selon IDAHO-France, l'agresseur travaille à la sécurité d'un bar de la rue de Lappe, dans le quartier de Bastille, non loin du lieu de l'attaque, et "n'en est pas à sa première agression".

Une enquête a été ouverte par le parquet de Paris pour "violences en réunion commises à raison de l’orientation sexuelle de la victime". L’affaire a été confiée au commissariat du 11ème arrondissement.

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus