• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

“Peau d'âne”, du grand écran aux planches du théâtre Marigny

"Peau d'âne", adaptation du film éponyme de Jacques Demy, d'après le conte de Charles Perrault. / © France 3 Paris IDF / J.-L. Serra
"Peau d'âne", adaptation du film éponyme de Jacques Demy, d'après le conte de Charles Perrault. / © France 3 Paris IDF / J.-L. Serra

Le raffinement des musiques de Michel Legrand et l’esthétique de Jacques Demy. Quarante-huit ans après sa sortie, le film « Peau d’âne » de Jacques Demy est adapté pour la première fois en spectacle. Un évènement qui célèbre la réouverture du théâtre Marigny, fermé depuis 2013. 
 

Par J.-L. Serra

C’est un conte de fée, sur le papier et dans les faits ! Car ce soir-là, au théâtre Marigny, le spectacle Peau d’âne est joué pour la pour la première fois en public. En coulisses, quelques instants avant la levée du rideau, la comédienne et chanteuse Marie Oppert revêt sa robe de princesse, d’un bleu brillant éclatant. « C’est magnifique, tous ces costumes, s'enthousiasme-t-elle. C’est un rêve. Ils sont tous beaux, il n’y a pas de mots pour exprimer ce que je ressens. C’est beaucoup d’émotions. »
 
Le théâtre Marigny, fermé depuis 2013, rouvre avec le spectacle "Peau d'âne". / © France 3 Paris IDF / S. Fouquet
Le théâtre Marigny, fermé depuis 2013, rouvre avec le spectacle "Peau d'âne". / © France 3 Paris IDF / S. Fouquet


A tout juste 21 ans, la jeune femme tient le rôle principal de Peau d’âne. Un véritable challenge car, souvenez-vous, à l’époque du film de Jacques Demy en 1970, le casting était impressionnant. Jean Marais et Catherine Deneuve crevaient l’écran de cette adaptation cinématographique du conte de Charles Perrault. « Jamais je ne pourrais me comparer à Catherine Deneuve, reprend Marie Oppert, les yeux pétillants de bonheur. J’ai vu le film. Quelle grande actrice. J’essaye de jouer à ma façon. Je suis très fière. C’est une chance incroyable. »

"Me comparer à Catherine Deneuve !" 


En 2014 déjà, alors que Marie n’est âgée que de dix-sept ans, elle reprend avec succès le rôle de Geneviève dans la comédie musicale Les Parapluies de Cherbourg au théâtre du Châtelet. A l’époque du film de Jacques Demy et de Michel Legrand, c’est Catherine Deneuve qui brille au cinéma. « Catherine Deneuve, c’est évidemment une inspiration. Je regarde bien sûr le film mais pas trop souvent non plus, pour éviter de l’avoir trop en tête et créer sa propre version de la pièce. Mais ça reste mythique, son visage magnifique dans tous ses films. »

 

Peau d’âne raconte l’histoire d’une princesse qui pour fuir un mariage forcé avec son père, quitte le royaume et devient pauvre et servante. Elle sera sauvée par un jeune prince et connaîtra ensuite l’amour. L’adaptation du film est un challenge pour toute l’équipe. C’est la première fois qu’il est transposé au théâtre. En 1970, c’est un succès populaire qui marque les esprits et s’inscrit comme une marque de fabrique dans l’univers de la comédie musicale. La griffe et le style de Jacques Demy est unique.
 

"Respecter le film"


« Lorsque tu adaptes une œuvre comme ça, tu dois respecter absolument l’idée originale et l’histoire, c’est le plus important », explique Emilio Sagi, le metteur en scène du spectacle. Et de poursuivre : « Il faut respecter le film, mais c’est fait pour le théâtre. C’est la magie que nous avons travaillé. Ça fait un mois et demi qu’on est dessus. C’est la magie du spectacle, pas celle du film. ».  Exemple avec la robe couleur de lune. Dans le film, il suffisait d’un plan de coupe pour que Catherine Deneuve passe de la robe couleur de lune à la robe couleur du soleil.
 
Un soir à Paris - Peau d'âne
Reportage de Jean-Laurent Serra, Gilles Bezou, Stéphane Fouquet et Stéphane Wislin. Avec Marie Oppert, interprète de Peau d'âne, Pepa Ojanguren, créatrice des costumes, et Emilio Sagi, metteur en scène.


Dans le spectacle, les transitions doivent permettre à Marie Oppert d’avoir le temps de se changer comme par magie. Michel Legrand a rajouté quelques mesures à la partition originale. Le maître était d’ailleurs présent dans la salle, tout comme Agnès Varda, la femme de Jacques Demy. Tous deux ont loué la beauté du spectacle et l’esthétique de la mise en scène, des décors et des costumes.
 

Des robes "pop"


Pour Pepa Ojanguren, créatrice espagnole, il fallait respecter l’esprit du costume dit d’époque mais donner un coup de jeune aux vêtements. « Pour les robes de Peau d’âne, celles des femmes de chambres et de la fée, je suis restée sur des robes dans le style princesse, expose-t-elle J’ai modernisé un peu la coupe, mais j’ai surtout joué sur les matières et les couleurs. Je voulais une explosion de couleurs comme un feu d’artifice. Et ça, c’est pop, non ! C’est le théâtre. »
 
Les costumes de Peau d'âne, signés Pepa Ojanguren. / © France 3 Paris IDF / S. Fouquet
Les costumes de Peau d'âne, signés Pepa Ojanguren. / © France 3 Paris IDF / S. Fouquet


Et c’est vrai que visuellement, le résultat est là. Peau d’âne est à l’image du film. C’est un spectacle beau et raffiné qui met en avant la musique sublime de Michel Legrand. Difficile de résister, en effet,  à la recette du cake d’amour chantée admirablement par Marie Oppert ou encore à la chanson de la fée qui nous transporte vers l’onirisme. Après cinq ans de fermeture pour cause de travaux de structures et de mise aux normes, le théâtre Marigny rouvre donc au public avec un conte de fée qui plaira à toute la famille. Parfait pour aller célébrer les fêtes de fin d’année.

« Peau d’âne » jusqu’au 17 février au Théâtre Marigny, Paris 8ème.
Réservations : https://billetterie.theatremarigny.fr/fr/node/43


 

A lire aussi

Sur le même sujet

Bande-annonce Police, illégitime violence

Les + Lus