• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

Quand Mireille Darc parlait de son engagement par le documentaire, sur France 3 Paris Île-de-France

L'actrice Mireille Darc, en 2012. / © PHOTOPQR/REPUBLIQUE DU CENTRE
L'actrice Mireille Darc, en 2012. / © PHOTOPQR/REPUBLIQUE DU CENTRE

Invitée de l'émission "Les Matins de Paris", l'année dernière, sur France 3 Paris Île-de-France, l'actrice Mireille Darc évoquait sa passion pour le documentaire. Celle qui était également une réalisatrice engagée s'est éteinte dans la nuit de dimanche à lundi, à Paris, à l'âge de 79 ans.

Par France 3 Paris IDF/ET

On la connaissait surtout femme fatale dans des comédies ou des thrillers français. Mais Mireille Darc, qui s'est éteinte dans la nuit de dimanche à lundi à l'âge de 79 ans, s'était aussi distinguée par sa seconde vie : celle de réalisatrice de films documentaires.
Quand Mireille Darc parlait de son engagement par le documentaire, sur France 3 Paris Île-de-France
Invitée de l'émission "Les Matins de Paris", l'année dernière, sur France 3 Paris Île-de-France, l'actrice Mireille Darc évoquait sa passion pour le documentaire. Celle qui était également une réalisatrice engagée s'est éteinte dans la nuit de dimanche à lundi, à Paris, à l'âge de 79 ans. - Paul Wermus
Cette rencontre avec le documentaire, l'actrice l'a faite à partir des années 80 et 90, suite à une opération du coeur qui a en partie bouleversé sa carrière... C'est alors que Mireille Darc choisit de mettre la lumière sur les exclus de notre société. Dans un documentaire intitulé "La deuxième vie" (1992), elle s'intéresse au sujet de la transplantation d'organes. Deux ans plus tard, elle dresse le portrait de prostituées, dans "Brève rencontre".

Au cinéma, j’ai vécu, j’ai été heureuse, je me suis bien explosé la tête. Mais je n’ai pas grandi

En 2015, Mireille Darc avait choisi d'aller à la rencontre des femmes sans domicile fixe. Un sujet dont elle était venue parler, en 2016, sur le plateau des Matins de Paris, l'émission quotidienne de Paul Wermus. "Ce sont des sujets très forts. Il y a des milliers de femmes qui sont à la rue, qui dorment dans la rue", rappelait la réalisatrice engagée.
A nos confrères de Libération, l'actrice avait confié l'apport des documentaires dans sa vie. "Les documentaires, c’est ce qui m’a le plus enrichi sur le plan humain. J’ai grandi. Au cinéma, j’ai vécu, j’ai été heureuse, je me suis bien explosé la tête. Mais je n’ai pas grandi", disait-elle au quotidien. 

A lire aussi

Sur le même sujet

toute l'actu cinéma

5.000 petits Franciliens invités par le Secours populaire à profiter de la plage de Deauville

Les + Lus