Tempête Dennis : un voyage de 15 heures de long pour 750 passagers d’un TGV Nantes-Paris

Les passagers du TGV 8876 reliant Nantes à la capitale ont mis près de 15 heures à arriver à destination dimanche, suite à la chute d’un arbre sur une caténaire. Les voyageurs sont finalement arrivés ce lundi matin peu après 5 heures du matin, gare Montparnasse.

La vue aérienne d’un TGV, à Paris (illustration).
La vue aérienne d’un TGV, à Paris (illustration). © KENZO TRIBOUILLARD / AFP
15 heures, au lieu de 2. La chute d'un arbre sur une caténaire a privé d'électricité la ligne principale entre Nantes (Loire-Atlantique) et Paris, perturbant très fortement le trajet des 750 passagers du TGV8876, dimanche. Les voyageurs, partis peu avant 15 heures de Nantes, ont en effet mis près de 15 heures à arriver à destination.

« La tempête Dennis a fortement endommagé les installations ainsi que la rame » du train selon la SNCF, qui explique que « l'absence d'alimentation électrique causé par la chute d'arbres sur les câbles d'alimentation électrique a retardé le dépannage ». Les passagers se sont ainsi retrouvés immobilisés sur les voies entre Bretoncelles (Orne) et La Loupe (Eure-et-Loir), comme le raconte franceinfo. A bord, les portes des voitures ont notamment été exceptionnellement ouvertes, pour permettre aux voyageurs d’avoir un peu d’air frais dans les wagons. Après plusieurs heures d'attente, les passagers ont ensuite été transportés jusqu'au Mans (Sarthe) via un train diesel. Ils ont ensuite embarqué dans un autre train, vers la capitale.

Arrivée au petit matin à la gare Montparnasse

Certains usagers de la SNCF se sont notamment plaints sur Twitter du manque d’information au cours du périple, et de délais importants quant à la distribution d’eau et de nourriture (ici ou , par exemple). La SNCF explique de son côté avoir distribué des plateaux repas au Mans. Epuisés après 15 heures de voyage et d’attente, les voyageurs sont finalement arrivés peu après 5 heures du matin, ce lundi, à la gare Montparnasse. Pour ce qui est du dédommagement, la SNCF a entre autres annoncé un remboursement à hauteur de 200 % pour ses 750 clients concernés par le retard.

Quant à la tempête Dennis, environ 20 000 foyers étaient toujours privés d'électricité ce lundi matin en Bretagne, Pays de la Loire et Normandie après le passage des rafales de vent et des fortes pluies, d’après Enedis.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sncf économie transports météo intempéries