Le tourisme en Ile-de-France paie les attentats au prix fort

© Thomas Coex/AFP Photos
© Thomas Coex/AFP Photos

Pour la seule région Ile-de-France, la baisse de fréquentation touristique se traduit par 1,8 million de touristes (étrangers et français) en moins sur les huit premiers mois de l'année, par rapport à la même période en 2015. La note est salée pour Paris après les attentats du 13 novembre 2015.

Par Christian Meyze

Près de deux millions de touristes perdus en un an: la note est salée pour Paris et l'Ile-de-France où hôtels comme restaurants n'ont toujours pas retrouvé leurs clientèles, étrangère et française, après les attentats du 13 novembre 2015. Ce sont les Japonais (-39%) qui ont le plus déserté la France, suivis des Chinois (-23%), des Allemands (-10,8%) et des Américains (-4%). Pour l'ensemble du pays c'est une chute de 8,1%.

Frédéric Valletoux, président du Comité régional du tourisme (CRT), précise que pour la seule région Ile-de-France,  ce sont 1,8 million de touristes (étrangers et français) en moins sur les huit premiers mois de l'année, par rapport à la même période en 2015. Il traduit : "Le manque à gagner est estimé à près d'un milliard d'euros. Et si on reste sur cette tendance d'ici au 31 décembre, l'année 2016 se bouclera sur un moins de 1,5 milliard d'euros".


Etages fermés dans les palaces et restaurants en berne


Même les grands palaces parisiens ont dû s'adapter au manque de clientèle: en août, certains ont ainsi fermé des étages entiers, et des contrats CDD n'ont pas été renouvelés. Le géant AccorHotels, qui compte 400 établissements à Paris fait état d'une baisse de 30% de sa clientèle loisirs au troisième trimestre.

La restauration elle aussi est concernée: à Paris on annonce des baisses de chiffre d'affaires de 20%. Les mois de juillet, août, septembre ont été très mauvais pour le secteur.

Frédéric Valletoux brosse un tableau plutôt pessimiste "On ne s'est pas relevés des attentats de novembre 2015, l'impact est durable et complètement inédit par son importance. Il y a vraiment besoin d'un plan Orsec pour l'emploi dans le tourisme et de mesures d'aides très concrètes, car beaucoup de petites entreprises ont un genou à terre".

Pour tenter d'apporter une solution au plus vite et faire revenir les touristes échaudés par les attentats du 13 novembre 2015, le gouvernement a débloqué en septembre 10 millions d'euros pour promouvoir la destination France. Et dès lundi, un comité interministériel sur le tourisme se tiendra, piloté par Manuel Valls, à l'issue duquel le gouvernement devrait annoncer des mesures en matière de sécurité.


Sur le même sujet

Uber attaqué en justice par 10 chauffeurs

Les + Lus