Cet article date de plus de 4 ans

Une fête de l'Assomption sous haute surveillance

Les traditionnelles célébrations catholiques du 15 août se déroulent sous haute protection, trois semaines après l'assassinat du Père Jacques Hamel par des terroristes et plus d'un an après l'attaque déjouée d'une église à Villejuif.
Des renforts policiers sont positionnés au pied de Notre-Dame de Paris le 14 août 2016
Des renforts policiers sont positionnés au pied de Notre-Dame de Paris le 14 août 2016 © S.Fouquet / France 3 Paris
Deux jours de festivités sont prévus dimanche et lundi pour les catholiques et les visiteurs. Après l'assassinat d'un prêtre le 26 juillet dernier, il faut assurer la sécurité des 150 000 fidèles, pélerins et visiteurs venus du monde entier pour fêter la Sainte Vierge.
Les lieux de culte font déjà l'objet de mesures particulières prises il y a plus d'un an au lendemain de l'attentat manqué de Villejuif (Val-de-Marne) le 19 avril 2015. La cathédrale Notre-Dame où se déroule une messe ce dimanche fait partie des 178 églises placées sous haute-surveillance. Les 10 000 militaires de la force Sentinelle mènent des patrouilles dynamiques autour des églises, en collaboration avec la police nationale et la gendarmerie.

La procession fluviale prévue le 14 août au soir sur la Seine autour des Îles de la Cité et Saint-Louis rassemble près de 5.000 fidèles embarqués sur 14 bateaux. Celle du 15 août dans l’après-midi emmène à pied plus de 10.000 fidèles à travers l’Île de la Cité, les Quais de Seine et l’Île Saint-Louis.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
religion société