VIDEO. Face aux excès d'AirBnb, la mairie de Paris décidée à agir

Entre 2010 et 2016, la plateforme de locations touristiques a bouleversé le marché de la capitale française. De 10 annonces postées sur le site il y a six ans, la région parisienne représente aujourd'hui plusieurs dizaines de milliers de biens. Les pouvoirs publics ont décidé d'agir...

Les appartements en location sur AirBnb font les affaires des propriétaires, des locataires, soucieux de compléter leur fin de mois, mais aussi des touristes friands de ce type d'hébergement. En 2015, la firme basée à San Francisco proposait 40.000 annonces, rien que pour la région parisienne. Des offres loin de faire le bonheur des professionnels du secteur du tourisme, directement concurrencés par ces biens. Ce type de location représente en effet une concurrence déloyale pour les hôteliers... Et un manque à gagner fiscal pour les collectivités.

"On estime que 80 % (des propriétaires) ne déclarent rien" aux impôts, estime Didier Chenet, président du Groupement national des Indépendants (GNI), qui regroupe hôtels, cafés et restaurants. Ce style de logement "répond assurément à une attente, mais tout le monde doit être soumis aux mêmes contraintes". Pour AirBnb France, "la grande majorité" des hôtes à Paris sont des loueurs occasionnels, avec une moyenne de 26 nuits par an.

LIRE aussi : Paris est la ville qui propose le plus d’annonces sur Airbnb

Des dossiers signalés par les syndic​s​

La ville de Paris a décidé de mener une opération coup de poing mardi matin... Au coeur du quartier de Saint-Germain-des-Prés, les agents du service municipal du logement ont ainsi réalisé plusieurs opérations de contrôle des locations touristiques abusives. Pour ce faire, ils effectuent en amont des recherches sur internet. "On reçoit aussi des signalements des syndics d'immeuble qui nous transmettent des dossiers", lorsqu'il y a "des difficultés dans les copropriétés", confie Mélanie Gidel, agent contrôleur de la mairie de Paris.

VOIR le reportage (F. Malverde/Y. Dewulf)
Entre 2010 et 2016, la plateforme de locations touristiques a bouleversé le marché de la capitale française. De 10 annonces postées sur le site il y a six ans, la région parisienne représente aujourd'hui plusieurs dizaines de milliers de biens. Les pouvoirs publics ont décidé d'agir...

Des meublés touristiques à l'assaut de la capitale​

Selon la mairie de Paris, les meublés touristiques contribuent à renchérir les loyers et à diminuer le nombre d'habitants permanents. "Paris est une ville qui globalement gagne des habitants, mais qui en perd dans les arrondissements du centre", les plus concernés par les meublés touristiques, explique Ian Brossat, adjoint au maire de Paris, chargé du Logement. En 2015, une quinzaine de condamnations ont été prononcées contre des propriétaires. L'amende peut atteindre 25.000 euros par appartement.

VOIR le reportage (B. Lopez/P. Aliès)

En 2015, la firme basée à San Francisco proposait 40.000 annonces, rien que pour la région parisienne... Que pèse le site américain à Paris ?

 

Locations touristiques : ce qui est autorisé à Paris...
Qu’il s’agisse d’une location saisonnière ou d’une sous-location, ces règles sont strictement appliquées à Paris, où l’offre de logements est faible et le flot de touristes important. Paris est ainsi devenue la ville au monde qui compte le plus de logements présents sur Airbnb. Quelque 50.000 logements sont aujourd'hui proposés par Airbnb ou d’autres sites à Paris.

# Vous êtes locataire dans un appartement du secteur privé
Si votre bail a été signé après le 27 mars 2014, la loi vous oblige désormais à demander l'autorisation préalable à votre propriétaire, conformément à la loi Alur de mars 2014.

Si vous avez loué avant cette date, relisez votre bail ! Si aucune clause n’interdit la sous-location, vous n’enfreignez pas la loi en ne  prévenant pas votre propriétaire.

# Vous êtes locataire dans un appartement du secteur public
Pour les HLM, vous devez informer l'organisme bailleur et demander une dérogation. Cette dérogation est rarement accordée.

# Si vous êtes propriétaire et que vous souhaitez louer votre résidence principale, vous n'avez besoin d'aucune autorisation.
Selon un arrêté, un propriétaire parisien peut louer légalement sa résidence principale en son absence, à condition que cette location ne dépasse pas quatre mois par an.

# Attention, c’est différent si vous souhaitez louer votre résidence secondaire
Le propriétaire se doit d’effectuer un changement d’usage des lieux, demander une autorisation et s’acquitter d’une taxe de séjour. A Paris, le propriétaire, en compensation, se doit également de proposer le double de la surface de son meublé touristique en location traditionnelle.

# Si vous êtes en infraction
Les bailleurs risquent une amende de 25.000 euros par appartement et 1.000 euros par mètre-carré et par jour.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité