Cet article date de plus de 5 ans

Pierre Laurent a proposé à ses partenaires du Front de gauche un "accord" pour les élections régionales

Le secrétaire national et tête de liste PCF en Île-de-France, Pierre Laurent, a proposé à ses partenaires du Front de gauche un "accord" pour les élections régionales des 6 et 13 décembre, lundi, après avoir stigmatisé dimanche "l'éparpillement" de la gauche anti-austérité.

Pierre Laurent, lors de la fête de l'Humanité 2015, à La Courneuve.
Pierre Laurent, lors de la fête de l'Humanité 2015, à La Courneuve. © WOSTOK PRESS/MAXPPP
Pierre Laurent se propose pour "un trio pour la tête de liste", avec le responsable du Parti de gauche Eric Coquerel, et la porte-parole d'Ensemble, la troisième force du Parti de gauche, Clémentine Autain.

Ce trio garderait pour "candidature officielle Pierre Laurent", par ailleurs sénateur PCF. Pierre Laurent est contesté dans son rôle de tête de liste par le Parti de gauche au nom du non-cumul des mandats.

Le leader communiste propose qu'Eric Coquerel soit tête de liste départementale à Paris, et Clémentine Autain en Seine Saint-Denis, ainsi qu'"une position éligible pour République et Socialisme", le parti des ex-chevénementistes du Mouvement républicain et citoyen (MRC) qui a rejoint le Front de gauche.

Une liste ouverte à la société civile

Le PCF suggère "l'ouverture de la liste à un tiers de candidat-e-s de la société civile", en mettant à contribution "des forums citoyens" pour élaborer les "objectifs politiques" de la liste, sur le modèle de ce que le Front de gauche a organisé lundi dernier à Paris. Pierre Laurent rappelle que "les forces du Front de gauche en Île-de-France ont fixé au lundi 5 octobre le lancement de leur campagne", après "une réunion régionale pour finaliser l'accord si cette base commune est retenue".

"Ces éléments évolueraient nécessairement si Europe écologie-Les Verts se disait disponible pour un accord de premier tour en Île-de-France", ajoute Pierre Laurent, qui envisage alors "la possibilité d'aller au-delà du trio" qu'il propose. La tête de liste et secrétaire nationale EEVL Emmanuelle Cosse assure qu'elle a le soutien de ses militants, qui doivent encore se prononcer, pour une liste autonome.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections régionales politique élections front de gauche