Plan pour l’hôpital : 800 euros de prime pour les bas salaires à Paris et en petite couronne

Une infirmière de l’hôpital d’Argenteuil soignant un patient (illustration). / © FRED DUFOUR / AFP
Une infirmière de l’hôpital d’Argenteuil soignant un patient (illustration). / © FRED DUFOUR / AFP

Parmi les mesures d'urgence présentées ce mercredi par le Premier ministre Edouard Philippe et la ministre de la Santé Agnès Buzyn, le gouvernement a annoncé une prime de 800 euros net par an pour les infirmiers et aides-soignants franciliens avec de bas salaires.

Par France 3 PIDF

Un « plan d’urgence » pour désamorcer le mouvement de grève national, parti de Paris mi-mars. Edouard Philippe et Agnès Buzyn ont annoncé une série de mesures face à la crise que rencontrent les hôpitaux publics. La ministre de la Santé a entre autres annoncé une prime de 800 euros net par ans pour les bas salaires en Île-de-France.
La prime concerne « 40 000 infirmiers et aides-soignants » vivant à Paris et en petite couronne avec « moins de 1 900 euros mensuels ». Reconnaissant « la situation spécifique » de l’Île-de-France, Agnès Buzyn a évoqué des « sujétions » comme le logement, qui « pèsent de manière déraisonnable dans le pouvoir d'achat de certains soignants ».
Suite aux annonces du gouvernement, les réactions des élus et des syndicats se révèlent en tout cas plutôt mitigées. Depuis huit mois, les professionnels de santé réclament une revalorisation de leur salaire, les infirmiers de la fonction publique hospitalière demandant 300 euros mensuels supplémentaires. Le gouvernement, préférant des primes spécifiques, n’a donc pas suivi leurs revendications.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus