Pourquoi des passagers sont restés bloqués 14 heures dans le train surchauffé Paris-Clermont

Un train transportant près de 200 personnes a mis près de 14 heures pour relier Paris à Clermont-Ferrand entre jeudi et vendredi, une tentative de suicide puis une rupture de caténaire probablement liée à la canicule provoquant 11 heures de retard, annonce la SNCF.
Le train, qui devait quitter Paris jeudi à 17h57 et atteindre Clermont 3h17 plus tard, est finalement arrivé vendredi matin peu avant 8h, avec pourles voyageurs des conditions pénibles de voyage liées à la chaleur s'ajoutant au désagrément d'un retard considérable. La tentative de suicide d'un homme qui s'est jeté sous un autre train a d'abord empêché l'Intercité de quitter Paris, occasionnant trois heures et demie de retard.
    
Puis, après Montargis, "il y a eu un incident sur la caténaire qui a fondu", précise la SNCF, confirmant ainsi une information de Franceinfo. "On pense que c'est lié à un effet canicule. La température était très importante dans cette zone".
    
La SNCF a alors fait venir un autre train pour transporder les voyageurs, mais il a été nécessaire de dégager la voie d'à côté car il y avait des travaux.

"Les pompiers étaient sur place, au cas où. Les voyageurs ont été ravitaillés en eau très rapidement, puis ils ont reçu des repas. Ils seront remboursés à 200%", a assuré la SNCF.

 

La SNCF conteste des retards récurrents

A bord, certains usagers interrogés par Franceinfo n'ont toutefois pas manqué de se plaindre de retards récurrents sur cette ligne et de l'état de son matériel.
    
"On ne rejette pas cet aspect mais on n'a pas de commentaire à faire sur l'aspect qualité du matériel. C'est une ligne qui fait l'objet de nombreux travaux mais il n'y a pas plus de retard que sur d'autres lignes. Et c'est une région difficile à servir. Le matériel est de qualité, il fait l'objet d'une attention particulière", a ajouté la SNCF.
    
Alors que la France connaît depuis plusieurs jours un épisode de canicule, le groupe ferroviaire redoute particulièrement la journée de vendredi dans le sud. La température des rails pourrait ainsi dépasser ponctuellement les 60°C et occasionner des retards importants.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
transports économie société