Seine-et-Marne : les recherches se poursuivent après la disparition de Chloé, joggeuse de 20 ans

Publié le

Les forces de l’ordre ont repris les recherches ce samedi matin pour tenter de retrouver Chloé, une jeune femme partie faire son footing vendredi matin à Dammartin-en-Goële, en Seine-et-Marne. D’importants moyens sont déployés.

75 gendarmes sont mobilisés pour retrouver Chloé, disparue depuis vendredi matin à Dammartin-en-Goële (Seine-et-Marne). Les recherches, qui se sont poursuivies cette nuit sur un dispositif allégé, ont repris ce samedi matin avec une brigade cynophile.

Un chien pisteur, un hélicoptère, une motocross, des plongeurs et un peloton à cheval sont notamment mobilisés. La zone de recherche inclut des secteurs boisés.

L’appel à témoin pour "disparition inquiétante" a été lancé vendredi en fin d’après-midi par la gendarmerie de Seine-et-Marne, qui indique que la jeune femme disparue est partie "entre 5h45 et 6h30" faire son footing dans Dammartin-en-Goële.

Au moment de sa disparition, elle était vêtue d'une doudoune noire sans manches, d'un sweat bleu roi, d'un jogging noir et de baskets blanches.

La joggeuse est partie "sans ses téléphones"

L’appel à témoins - qui comprend deux photos de la joggeuse - précise que la femme âgée de 20 ans est de corpulence menue et mesure 1m56. En cas d’information, la gendarmerie demande de contacter les enquêteurs au 01 64 14 93 80.

La jeune femme "avait l'habitude d'effectuer des joggings matinaux" et "est partie à un horaire non-déterminé, mais (a été) vue à 6h du matin sur les caméras de surveillance de Dammartin-en-Goële, et n'est pas rentrée chez elle", selon le procureur de Meaux Jean-Baptiste Bladier, interrogé par l'AFP.

"Sa mère, qui travaille de nuit, ne s'est pas inquiétée tout de suite car elle avait l'habitude d'aller faire un tour à la salle de sport après son jogging. Sur les coups de 10h30 du matin, elle s'est inquiétée et a signalé sa disparition, ce qui a donné lieu à l'ouverture d'une enquête pour disparition inquiétante", toujours d’après le procureur, qui précise que la joggeuse est partie "sans ses téléphones".

L'enquête a été confiée à la section de recherches de Paris et à la brigade de recherches de Meaux. Les levées de doute sur les différents signalements reçus au téléphone d'urgence se poursuivent.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité