"On a trouvé le fusil dans le grenier" : une collecte des armes non déclarées organisée jusqu’au 6 décembre

Publié le
Écrit par PDB / M. Huguet / M. David

L’opération est organisée au niveau national jusqu’au vendredi 2 décembre, et jusqu'au 6 à Paris et en petite couronne, sans aucun risque de sanction. Exemple à Melun (Seine-et-Marne), où les détenteurs d’armes à feu non déclarées sont invités à les déposer dans un point de collecte.

Empilées, scotchées… Dans la malle du commissariat de Melun, des dizaines d’armes sont stockées dans le cadre de la collecte nationale organisée par le ministère de l'Intérieur. "Là-dedans, vous avez pas mal d’armes de catégorie C, c’est-à-dire des armes de chasse. Vous avez aussi des armes blanches", explique Thierry Dilly, major responsable d'unité locale de police (Techniques de sécurité et d'intervention 77). 

Samedi, la police comptait à Melun un total de 80 armes longues et une quarantaine d’armes de poing, toutes récoltées depuis vendredi. Bruno, un habitant, a par exemple apporté un fusil : "Quand on a acheté la maison, on l’a trouvé dans le grenier, il était caché là avec deux baïonnettes. Quand il y a eu l’appel pour déposer les armes, je me suis dit qu’il fallait faire quelque chose, parce que c’est comme un fusil de guerre."

La plupart des armes collectées sont des fusils de chasse récupérés en héritage. La police souhaite en récupérer un maximum afin d’éviter des drames. "Quelquefois, des personnes ont des armes avec une cartouche qui se trouve juste à côté. Les enfants peuvent tomber dessus et l’utiliser", alerte le policier Thierry Dilly.

99% des armes "seront détruites"

Avant d’être envoyées à l'armurerie départementale, les armes sont désamorcées. D’après le ministère de l’Intérieur, près de deux millions d’armes ne seraient pas déclarées au niveau national. 

"Le ministère pense qu’environ 1% de ces armes ont peut-être une valeur historique. Elles seront sauvegardées pour être données à des musées, si ce sont des armes de guerre par exemple. Sinon elles seront détruites, pour 99% d’entre elles", explique Sarah Bacquet, cheffe du bureau des armes à la préfecture de Seine-et-Marne.

A Paris et en petite couronne, les forces de l’ordre se déplacent aussi à domicile. L’opération, qui a débuté le 25 novembre, est organisée jusqu’au 2 décembre. L'opération est finalement prolongée jusqu'à mardi prochain à Paris et dans les trois départements de petite couronne (Hauts-de-Seine, la Seine-Saint-Denis, Val-de-Marne), indique la préfecture de police de Paris.  

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité