Seine-et-Marne : le retour aux 90 km/h étendu à 52 nouveaux tronçons

Publié le
Écrit par PDB / J. Bernier / F. Benbekai

Le conseil départemental revient progressivement à une limitation de vitesse à 90 au lieu de 80 km/h sur 600 km supplémentaires de route, d’ici la mi-mai. Un non-sens, selon l’Association Prévention Routière.

En Seine-et-Marne, le conseil départemental accélère pour réinstaller les panneaux. Après une première phase en 2020, le Département s’était engagé à revenir aux 90 km/h sur 52 nouveaux tronçons. 1 300 panneaux sont nécessaires pour équiper 600 km de routes départementales supplémentaires.

"On va faire appel à des prestataires extérieurs, explique Claudie Lejeune, de la Direction des routes. En gros, il nous faut trois semaines pour la fabrication de panneaux." Le coût est, lui, estimé à 400 000 euros. Les tronçons concernés sont principalement situés en zone rurale, au centre-est et au sud de la Seine-et-Marne.

Les tronçons ont été validés par la préfecture après une analyse de l’accidentologie, raconte Olivier Lavenka, vice-président LR du département, en charge des routes : "Il y a le taux d’accidentalité, c’est-à-dire le nombre d’accidents par million de km parcourus. Et ensuite vous avez la densité d’accidents : le nombre d’accidents sur une route donnée. A partir de ces critères, vous avez des moyennes nationales. Partout où c’était plus favorable que les moyennes nationales, on a proposé que ces routes repassent à 90 km/h."

Un tiers du réseau départemental concerné au total

Dans le département, la vitesse avait déjà été relevé sur 487 km, en mars 2020. Après la seconde phase, qui doit être achevée d’ici trois mois, 1120 km de routes seront concernés. Soit un tiers du réseau départemental.

C’est vraiment un retour en arrière sur une mesure de sécurité routière qui a fait ses preuves

Nicolas Korobeinik, directeur régional de l’Association Prévention Routière

La mesure est un non-sens, selon l’Association Prévention Routière. "C’est vraiment un retour en arrière sur une mesure de sécurité routière qui a fait ses preuves, déplore Nicolas Korobeinik, directeur régional de l’association. Il y a un rapport du Cerema (centre d'études et d'expertise sur les risques, l'environnement, la mobilité et l'aménagement) qui estime que ça a permis d’épargner sur ces routes 12% d’accidents mortels."

En Seine-et-Marne, il ne devrait pas y avoir d’autres changements de limitation de vitesse à l'avenir, à part sur certaines routes nationales. Le Département est en négociation avec l’Etat pour en récupérer la gestion.