Cet article date de plus de 4 ans

Tous les résultats du premier tour des élections législatives en Seine-et-Marne

Historiquement acquis à la droite, la Seine-et-Marne est, en théorie du moins, le département d’Ile-de-France dans lequel la droite, là où elle est bien implantée, peut espérer conserver des sièges.
Comme dans d’autres départements en Ile-de-France et ailleurs, Emmanuel Macron était globalement en tête dans le département (23,12%). Mais d’une très courte tête devant Marine Le Pen (22,86%).

Car de scrutin en scrutin, depuis plusieurs années dans ce département agricole et rural, le sentiment d’éloignement des centres de décision, de déclassement est à l’œuvre et conduit les électeurs à voter pour le Front National. C’est ce sentiment d’être des laissés pour compte de l’Europe et de la mondialisation qui a tracé la plus visible des lignes de fracture entre l’électorat d’Emmanuel Macron, dans les zones urbaines, les grands centres d’activité, la France de l’Ouest et les électeurs de Marine Le Pen dans les zones plus rurales, plus touchées par le chômage, la France de l’Est.

On surveillera donc attentivement le score du Front National. Mais ce constat conduit à se demander si dans une élection où la personnalité des candidats pèse lourd, celle des candidats de la droite, bien connus, peut leur permettre d’éviter le « coup de balai » que prédisent les sondages.

On surveillera attentivement la 1ère circonscription, avec la succession de l’historique Jean-Claude Mignon (LR), la 3ème où Yves Jego, le sortant, « macron compatible », n’a pas d’adversaire « En Marche », la 4ème où le sarkozyste Christian Jacob brigue un nouveau mandat, la 5ème ou Franck Riester, LR, était donné ministrable il y a quelques semaines, ou encore la 11ème où l’ex-président du groupe socialiste à l’Assemblée, Olivier Faure, se représente.

La gauche en Seine-et-Marne, qui affiche un total de 26% au soir du premier tour de l’élection présidentielle, n’a raisonnablement aucune chance.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections législatives politique élections