• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

Les villes d’Île-de-France face au problème des décharges sauvages

A Carrières-sous-Poissy, dans les Yvelines, la décharge sauvage s'étend sur 25 hectares. / © France 3
A Carrières-sous-Poissy, dans les Yvelines, la décharge sauvage s'étend sur 25 hectares. / © France 3

A Vélizy-Villacoublay (Yvelines), le maire, Pascal Thévenot, a été relaxé lundi par le tribunal correctionnel. Il était poursuivi pour "violation de domicile" par un administré à qui il avait rapporté ses déchets, abandonnés sur la voie publique. L'affaire a mis en lumière l'ampleur du phénomène.

Par P.S. avec A.M.

25 hectares de décharge sauvage s'étendent à Carrières-sous-Poissy (78). Souvent, ce sont des particuliers ou des artisans qui ont déposé leurs gravats en toute impunité.

"Une personne qu'on surprend en "flagrant délit" en train de déposer des déchets peut être verbalisée d'une amende de classe 5 : 1500€", précise Christophe Delrieu, maire (SE) maire de Carrières-sous-Poissy et Vice-président Grand Paris Seine & Oise.

Flagrant délit

Toute la difficulté pour les mairies, c'est d'intercepter les pollueurs en flagrant délit. Sinon, il faut placer des caméras de surveillance, identifier les contrevenants puis transmettre au procureur.
Les villes d’Île-de-France face au problème des décharges sauvages

"Ces délits font partie des délits environnementaux, ils sont mal connus des parquets, qui ne savent pas trop comment les gérer, ni qui doit faire des procès-verbaux, ni comment doivent être relevées ces infractions. Là où ça se complique c'est qu'il faut identifier des responsables", regrette Alexandre Faro, avocat spécialiste en droit de l'environnement.

Pollution des sols

Car il existe aussi une mafia des déchets. En Seine-et-Marne, Saint-Cyr-sur-Morin en a fait les frais en 2012. Cette commune de 2000 habitants a vu débarquer en plein cœur de l'été 1600 camions remplis de mâchefer, un résidu de déchets, qui pollue les sols.

"Ils proviennent des incinérateurs de la région parisienne,  précise Edith Theodose, Maire (SE) de Saint-Cyr-sur-Morin, il a été prouvé lors du jugement de juillet dernier que ces mâchefers avaient été mélangés avec des produits toxiques." Il aura fallu 4 ans de procédure et la volonté de la commune pour faire condamner l'entreprise indélicate.

L'incinérateur n'avait pas hésité à recourir à des sociétés gérées par une famille liée au grand banditisme pour se débarrasser de ses déchets ultimes.

Désormais Carrières et Saint-Cyr attendent la dépollution de leurs terrains. Une remise en état qui pourrait prendre plusieurs années.

Sur le même sujet

Bande-annonce Police, illégitime violence

Les + Lus