A Romainville, le Fonds Régional d’Art Contemporain ouvre ses portes au public

Publié le Mis à jour le
Écrit par Tom Rousset

Pour la première fois de son histoire, le FRAC, le Fonds Régional d’Art Contemporain d’Île-de-France ouvre ses portes au public à partir de ce mercredi à Romainville en Seine-Saint-Denis et dévoile une partie de sa collection. Plus de 2000 œuvres sont conservées.

Avis aux amateurs d’art contemporain. Le FRAC, Fonds régional d’art contemporain d’Île-de-France, propose pour la première fois de son histoire de découvrir sa collection. Elle ouvre ses portes aux amateurs d'art dans son nouveau bâtiment à Romainville en Seine-Saint-Denis. "Pour la première fois, nous disposons de notre propre réserve où nous pouvons stocker notre collection d'œuvres", explique le directeur du FRAC Île-de-France, Xavier Franseschi. Au total, le FRAC Île-de-France conserve 2 100 œuvres.

Qu'est ce que le FRAC ?

Il existe un FRAC dans chacune des 24 régions du territoire français. "La diffusion de l'art contemporain est la mission principale du FRAC. Notre but premier est d'apporter la création artistique contemporaine au plus près des publics à l'échelle régionale", note son directeur en Île-de-France. Si les musées présentent des collections artistiques dans des lieux donnés, les dirigeants des FRAC créent des collections qu'ils montrent ensuite à l'échelle régionale. 

Un exposition participative 

Le bâtiment "Les Réserves" sera donc ouvert au public à partir de ce mercredi. Une partie de la collection y sera dévoilée. Les œuvres exposées ont été choisies par le grand public grâce à une application mobile nommée "Sors de ta réserve. "Cela permet à chacun de mieux s'approprier les œuvres", note Laureline Deloignce, Responsable des publics. Un quart de la collection complète du FRAC Île-de-France sera ainsi visible. Parmi les œuvres proposées, on trouve à la fois des réalisations d'artistes français et étrangers.

Au total, 33 œuvres de 33 artistes différents seront montrées. Parmi elles, se trouvent un tableau du peintre espagnol Miquel Barcelo mais aussi une réalisation du plasticien franco-algérien Neil Beloufa ou encore une des sculptures de l'artiste allemande Katinka Bock. "Nous voulions que notre sélection soit la plus diverse possible. De ce fait, les œuvres présentées incluent des médiums variés comme la peinture, le dessin ou encore la vidéo et le design ", détaille le directeur du Fonds. Le but étant de "s'intéresser à tous les moyens d'expression de la créativité et faire connaitre la création artistique contemporaine sous toutes ses formes", précise-t-il.

Une initiative à double enjeu en Seine-Saint-Denis

Au sujet de l'implantation en Seine-Saint-Denis, il souligne qu'elle revêt un double enjeu : "Il y a d'abord l'importance de la conservation des œuvres que permet le bâtiment de Romainville, car il offre l'espace pour agencer chacune des œuvres que nous souhaitons exposer au public et pour stocker le reste de notre collection ", note Xavier Franseschi. 

En outre le dirigeant du FRAC francilien reconnaît un rôle social à cette initiative. "Cela permet de donner à voir des œuvres à des populations qui ont souvent un accès restreint à l'art. De plus, la diversité des contenus que nous proposons montrent que les portes d'entrée vers l'art contemporain sont multiples. En cela, tout le monde peut trouver ici une œuvre qui lui parle".   

Cette exposition est la première d'une série de cinq sessions qui seront organisées durant les prochains mois. Cet opus inaugural sera présenté jusqu'au 1er octobre prochain.