Bagarre avec un policier au Blanc-Mesnil : le jeune homme porte plainte

Publié le
Écrit par PDB

L’avocat du jeune impliqué dans une bagarre avec un policier en civil, dans le hall d'un immeuble du Blanc-Mesnil, annonce le dépôt d’une plainte. Une vidéo de la scène a été diffusée mardi sur les réseaux sociaux.

Suite au "tête-à-tête" avec un policier au Blanc-Mesnil (Seine-Saint-Denis), le jeune homme porte plainte pour violences volontaires en réunion sous la menace d'une arme par personnes dépositaires de l'autorité publique et pour des injures à caractère raciste, explique franceinfo. L’individu, "choqué", "a été frappé et étranglé, et il a cru qu'il allait mourir", indique son avocat Me Yassine Bouzrou.

Une vidéo de la scène a été diffusée le 19 avril. On y voit un policier en train de se battre avec un jeune dans un hall d'immeuble. Plusieurs personnes, dont une munie d’un LBD et de menottes, garde l’entrée et empêche l’auteur de la vidéo d'entrer.

Me Yassine Bouzrou raconte que le jeune homme impliqué dans la bagarre "a croisé un policier de la brigade anti criminalité du Blanc-Mesnil". "Ce policier lui a fait comprendre qu'il souhaitait une altercation violente. Il l'a insulté, l'a isolé dans un hall d'immeuble et l'a roué de coups", explique le conseil.

Le dépaysement de l'enquête va être demandé

Le jeune a été "blessé au niveau du visage et doit faire des radios", indique l’avocat. Toujours selon Me Yassine Bouzrou, les amis de l’individu impliqué dans les faits "ne pouvaient pas rentrer" pour le secourir "puisque deux autres policiers montaient la garde devant l'immeuble avec des armes à la main et empêchaient les gens d'intervenir ou de filmer".

Nous savons qu'à Bobigny une enquête ne sera pas possible parce que le procureur de Bobigny protège les policiers de Bobigny

Me Yassine Bouzrou

Suite à la diffusion des images, l'IGPN, la police des polices, a été saisie par la préfecture de police "aux fins d'établir les circonstances dans lesquelles les faits montrés se sont produits". Me Yassine Bouzrou, lui, demande une "enquête judiciaire" et le renvoi des policiers "devant une juridiction". L’avocat estime qu'une "enquête administrative ne sert pas à grand-chose".

Le conseil explique également que le dépaysement de l'enquête va être demandé. "Nous savons qu'à Bobigny une enquête ne sera pas possible parce que le procureur de Bobigny protège les policiers de Bobigny", affirme Me Yassine Bouzrou.