• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

La Corniche des Forts, une nouvelle île de loisirs pour l'Île-de-France

Vue aérienne de la Seine-Saint-Denis. / © GoogleMaps
Vue aérienne de la Seine-Saint-Denis. / © GoogleMaps

Une douzième île de loisirs devrait ouvrir ses portes en région parisienne en 2019. La Corniche des Forts se situe sur les communes de Romainville, Pantin, Les Lilas et Noisy-le-Sec, et accueillera des murs d'escalade et des espaces de détente...

Par France 3 Paris IDF/WVQ

C’est un poumon vert à seulement deux kilomètres du périphérique. Il ne s’agit ni du bois de Boulogne, ni du bois de Vincennes. Mais de la Corniche des Forts, un espace boisé de 64 hectares au milieu des barres d’immeuble en Seine-Saint-Denis, à cheval sur les communes de Romainville, Pantin, Les Lilas et Noisy-le-Sec.
La Corniche des Forts, une nouvelle île de loisirs pour l'Île-de-France
Une douxième île de loisirs devrait ouvrir ses portes en région parisienne en 2019. La Corniche des Forts se situe sur les communes de Romainville, Pantin, Les Lilas et Noisy-le-Sec, et accueillera des murs d'escalade et des espaces de détente... Intervenants : Patrick Karam (vice-président du conseil régional chargé des Sports et des loisirs), Jacques Champion Adjoint à la maire de Romainville chargé de l'Urbanisme (Gauche citoyenne) - W. Van Qui/V. Chareyre
Sur le portail internet du conseil régional d'Île-de-France, le site est répertorié comme l’une des douze îles de loisirs de la région. « Une arlésienne, soupire Jacques Champion, adjoint à la maire divers gauche de Romainville. Les premières études ont débuté en 2001, mais les travaux n’ont jamais commencé, probablement pour des raisons financières. »

Murs d'escalade, poney club et détente

Une attente de plus de quinze ans pour les élus locaux, qui a pris fin il y a quelques jours. La région vient de livrer les détails de son projet : des murs d’escalade, un poney club, des espaces de détente et de fitness. Une base de loisirs dédiée au sport donc, mais aussi à l’observation de la nature. Une quarantaine d’espèces d’animaux (dont une moitié protégées) ont été répertoriées. Huit hectares seront aménagés dans un premier temps dont cinq accessibles au public.

« Nous préférons commencer modestement avec cette première phase mais au moins nous démarrons, explique Patrick Karam, vice-président du conseil régional en charge des Sports et des loisirs. Nos prédécesseurs voyaient tellement grands qu’au final, ils n’ont rien fait en quinze ans. »

Ouverture fin 2019

Sous l’impulsion de Valérie Pécresse, la région s’est engagée sur un calendrier : ouverture au public fin 2019 avec un démarrage des travaux dès cet hiver. Il faudra d’abord défricher une partie du site en surface puis combler le sous-sol, un véritable gruyère. Car jusque dans les années 1950, la Corniche des Forts accueillait des carrières de gypse. L’endroit est aujourd’hui pour l’essentiel inaccessible au public en raison de sa dangerosité.

Pour Jacques Champion, il faudra tenir les délais mais aussi parvenir à une bonne intégration de la base de loisirs dans le tissu urbain, « avec  une signalétique adaptée et de nombreuses entrées selon lui, pour que les habitants des environs puissent y avoir accès facilement ».

Alors qu’une riveraine rencontrée en train de promener son chien s’inquiète de la propreté et de la sécurité, Patrick Karam se veut rassurant. « Nous savons faire. La vidéoprotection que nous avons installée dans les autres bases de loisirs, cela fonctionne. »

Pour une somme relativement modeste (14,6 millions d’euros), Valérie Pécresse pourra ainsi revendiquer une réalisation concrète et visible avant la fin de sa mandature dans un secteur, l’est de la Seine-Saint-Denis, « qui manque d’activités, surtout pour les jeunes » de l’avis de cette mère de famille, habitante de Romainville. Ce n’est pas anodin, alors que la perception de l’action régionale est souvent exclusivement dépendante des transports et de la ponctualité des trains dont le renouvellement se chiffre en milliards d’euros pour un résultat toujours incertain.

Sur le même sujet

Seine-et-Marne – Les premières vendanges montrent des raisins marqués par les aléas climatiques

Les + Lus