Deux mineurs présentés à un juge après la disparition d'un jeune à Noisy-le-Sec près du canal de l'Ourcq

Trois mineurs ont été interpellés et placés en garde à vue vendredi, et deux d'entre eux ont été déférés devant un juge ce lundi (illustration). / © PHOTOPQR/L'ALSACE/MAXPPP
Trois mineurs ont été interpellés et placés en garde à vue vendredi, et deux d'entre eux ont été déférés devant un juge ce lundi (illustration). / © PHOTOPQR/L'ALSACE/MAXPPP

Deux jeunes de 17 ans ont été déférés devant un juge d'instruction ce lundi, suite à la disparition d'un adolescent mercredi soir après une rixe près du canal de l'Ourcq, au niveau de Noisy-le-Sec. La victime est pour l'instant toujours portée disparue.

Par France 3 PIDF / AFP.

La victime est recherchée depuis plus de quatre jours maintenant. Après la disparition mercredi soir d'un adolescent de 17 ans à Noisy-le-Sec, en Seine-Saint-Denis, deux mineurs du même âge ont été présentés ce lundi à un juge d'instruction d’après le parquet de Bobigny.
Originaire de Sevran, la victime avait été frappée lors d'une bagarre sur les berges du canal de l'Ourcq, selon une source proche de l'enquête. Sur des images de l'agression diffusées sur Snapchat, on voit le jeune de 17 ans allongé au sol, le visage en sang, d’après Le Parisien, alors qu’une voix masculine lance : « Casse-toi, casse-toi dans l'eau ».

Des recherches menées notamment dans le canal

Trois mineurs ont été interpellés et placés en garde à vue vendredi. Une garde à vue levée dimanche en fin de journée pour l’un d’entre eux, les deux autres ayant été déférés devant un juge ce lundi. Le premier, originaire de Noisy-le-Sec, est entre autres accusé de tentative d'homicide en bande organisée, séquestration ou détention arbitraire d'otages et participation à une association de malfaiteurs en vue de commettre un crime. Le parquet de Bobigny a requis son placement en détention provisoire.

Le second mineur, qui accompagnait la victime, est quant à lui soupçonné de vol avec arme en bande organisée et participation à une association de malfaiteurs en vue de commettre un crime. Le parquet a requis son placement sous contrôle judiciaire.

Pour ce qui est de l’enquête, l’affaire ouverte pour tentative d'homicide volontaire en bande organisée a été confiée à la police judiciaire du département. Les recherches, menées notamment dans le canal, sont pour l'heure restées vaines.
 

Sur le même sujet

Les + Lus