JO de Paris 2024 : à l'Elysée, Stéphane Troussel prône le développement de la pratique sportive

Publié le
Écrit par Tom Rousset .

Budget, emploi ou encore la sécurité. Ce jeudi, des élus franciliens ont été conviés à l'Élysée pour une réunion du Conseil Olympique. Stéphane Troussel, le président du département de Seine-Saint-Denis a lui parlé des Jeux comme un potentiel accélérateur de la pratique sportive.

De nombreux élus franciliens ont défilé sur le perron de l'Elysée ce jeudi matin dans le cadre d'une réunion du Conseil olympique et paralympique. Réunie par Emmanuel Macron, cette assemblée comprenait entre autres la maire PS de Paris, Anne Hidalgo, et la présidente Libres de la région Île-de-France, Valérie Pécresse. Autour de la table se trouvaient également des élus locaux de Seine-Saint-Denis comme le maire PS de Saint-Denis, Mathieu Hanotin, ou encore le président PS du département qui accueillera de nombreuses épreuves, Stéphane Troussel. 

À l'issue de la concertation, ce dernier a expliqué que "les différentes parties prenantes ont toutes pu s'exprimer sur des sujets variés et nous avons constaté collectivement la bonne avancée des travaux en général". Lors de ce tour de table, les élus et les membres du comité d'organisation des Jeux Olympiques de Paris 2024 ont abordé plusieurs sujets comme le budget, la sécurité ou encore l'emploi.

"Les Jeux peuvent être un accélérateur de la pratique sportive" 

En termes d'emploi, Stéphane Troussel a expliqué qu'il souhaitait que ces Jeux soient vecteurs de retombées économiques dans des secteurs comme le BTP, la construction ou encore l'organisation des JO. "Cet événement doit permettre de créer des emplois durables pour les collectivités qui y participent", a-t-il insisté. Durant cette table ronde, l'élu de Seine-Saint-Denis a également insisté sur le développement de la pratique sportive. 

"Il faut aller au-delà de ce qui a déjà été annoncé comme les 30 minutes de sport à l'école. Nous devons faire en sorte que Paris 2024 soit un accélérateur de la pratique du sport chez les jeunes", assure celui qui a inauguré début septembre le Pass Sport pour tous les élèves de 5ème de son département.

Le budget, au cœur de cette réunion

Parmi les autres thèmes abordés, une révision d'environ 150 millions d'euros du budget de la Solideo jusqu'aux JO, a précisé l'Élysée. Ce montant part de "projections plutôt pessimistes" afin de "ne pas avoir de mauvaises surprises" pour les deux prochaines années, précise la présidence.

Le gouvernement va proposer aux collectivités de financer les deux tiers de cette augmentation liée à l'inflation du budget de la Solideo, indique-telle. A ce sujet, le président du Conseil départemental de Seine-Saint-Denis a indiqué  qu'il "comprend la question de l'inflation, mais il faut que ce soit négocié et discuté afin de répondre à des critères d'acceptabilité sociale et politique". Au total, l'Etat prévoit désormais environ 1,8 milliard d'euros de dépenses publiques, d'où qu'elles viennent, pour le projet olympique, contre environ 1,5 milliard au départ.

"Chacun s'est accordé sur l'importance de la sécurité"

Les questions sécuritaires ont également été évoquées. "Chacun s'est accordé sur le fait qu'il y aura un besoin de coordination et de mobilisation des effectifs pour assurer la bonne tenue de ces Jeux", note Stéphane Troussel. 

Ce mercredi, le délégué interministériel aux JO, Michel Cadot a présenté aux députés les mesures de sécurité de la future loi olympique. L'objectif de ces mesures concerne entre autres la gestion des foules pendant la cérémonie d'ouverture et les épreuves.

En juillet dernier, une première réunion du Conseil Olympique s'était tenue à l'Elysée. A cette occasion, Valérie Pécresse et Anne Hidalgo avaient déploré de ne pas y avoir été invitées. 

Les Jeux Olympiques de Paris 2024 se tiendront du 26 juillet au 11 août 2024. 

Sources : AFP                

   

  

       

 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité