L’EHPAD la Roseraie à Livry-Gargan suspendue par l’ARS, 27 résidents en danger vont être transférés

Publié le Mis à jour le

Suite à une inspection surprise, l'Agence régionale de santé (ARS) d'Île-de-France et le Conseil départemental de Seine-Saint-Denis ont fermé temporairement la maison de retraite La Roseraie, gérée par le groupe Médicharme.

Le 17 février dernier, dans le cadre du programme renforcé d’inspections, l'ARS, accompagnée de représentants du Conseil départemental, se rend dans la maison de retraite sans prévenir la direction.

Le constat est alarmant. Des locaux vétustes, pas d'eau chaude dans certaines chambres, des résidents livrés à eux-mêmes, une présence médicale insuffisante notamment la nuit, des personnels non qualifiés, plus de médecin coordinateur depuis 2018. Conclusion de l'ARS : les résidents sont en danger.

La santé et la sécurité des résidents en danger

"La mission d’inspection a fait état d’une situation grave mettant en danger la santé, la sécurité, le bien-être physique et moral des résidents : des équipements et locaux vétustes et dangereux, un défaut d’encadrement des personnels et le recours à des personnels en nombre insuffisant et non qualifiés, et livrés à eux-mêmes, prenant en charge les résidents. Le suivi médical est très insuffisant, il n’y a pas de médecin coordinateur depuis 2018, ni d’infirmière coordonnatrice (postes pourtant financés), et la prise en charge pluridisciplinaire est absente", dénonce l'Agence régionale de santé dans un communiqué. 

L’EHPAD la Roseraie avait déjà fait l’objet d’une inspection en juillet dernier. Les inspecteurs de l'ARS avaient demandé au groupe privé gestionnaire, Médicharme, d'assurer une meilleure prise en charge des résidents. Des injonctions qui n'ont pas été suffisamment prises en compte selon l'organisme de santé.

Les résidents bientôt transférés

Pour préserver la santé et la sécurité des 27 résidents, l'ARS et le Conseil départemental de Seine-Saint-Denis ont donc décidé une fermeture temporaire de l'établissement et ont nommé une administratrice provisoire. 

Les résidents seront transférés "dans d'autres Ehpad du territoire, adaptés à leur état de santé, dans le respect de leurs volontés et leurs projets d’accompagnement et en accord avec les familles", affirme l'ARS.

Les salariés de l’établissement devraient être reclassés. "La situation des salariés de l’établissement fera l’objet d’une attention particulière de la part de l’administratrice provisoire qui a d’ores et déjà demandé au gestionnaire un état des lieux des effectifs. L’administratrice provisoire rencontrera chaque agent individuellement pour faire le point sur sa situation personnelle et étudier ou faciliter les reclassements souhaités", explique le Conseil départemental de Seine-Saint-Denis dans un communiqué. 

Suite à cette deuxième inspection, deux résidents ont dû être hospitalisés. Des réunions sont prévues la semaine prochaine entre la nouvelle administratrice et les familles.

Contacté, le groupe Médicharme n'a pour l'instant pas donné suite à notre demande.