• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

Seine-Saint-Denis – Des manifestants évacués du chantier de l'île de loisirs de la Corniche des forts de Romainville

Un projet menace la forêt des Corniche des Forts à Romainville. / © F3IDF
Un projet menace la forêt des Corniche des Forts à Romainville. / © F3IDF

Quelques dizaines de manifestants qui tentaient de bloquer l'aménagement du site de la Corniche des forts de Romainville ont été évacués par un dispositif policier, ce mardi 27 novembre au matin.

Par Marc Taubert

L'île de loisirs de la Corniche des forts de Romainville (Seine-Saint-Denis) fait toujours polémique. Ce mardi 27 novembre, une quarantaine de manifestants empêchait les travaux de sécurisation de se poursuivre.

Ils ont été évacués par les forces de l'ordre. Un dispositif trop musclé selon Sabine Rubin, députée (LFI) de Seine-Saint-Denis qui évoque "une centaine de policiers en équipement lourd". "J’ai été effarée de voir à quel point mauvaise foi, tentative d’intimidation et refus de tout débat démocratique se conjuguaient, sous la houlette d’un déploiement que je juge parfaitement disproportionné des forces de l’ordre", ajoute l'élue par communiquée.

Impossible de chiffrer exactement le nombre de policiers sur place, mais le dispositif est resté un moment sur place.
 

Un projet controversé

Le projet vise à construire une douzième île de loisir dans la région sur les décombres d'anciennes carrières de gypse fermées en 1957. Le terrain, inconstructible et inaccessible à cause des risques d'effondrement abrite une forêt. Le projet vise 8 hectares sur les 27 que compte la forêt.
Une association, les "Amis de la Corniche des forts", a mobilisé des riverains, des défenseurs de l'écologie et des élus. Elle veut empêcher le chantier pour préserver la forêt. "Aujourd'hui, on a une forêt qui est constituée, qui apporte ses bienfaits à l'ensemble de la population", explique Hélène Zanier, présidente de l'association.

Deux visions s'affrontent. D'un côté un écosystème aménagé en île de loisirs, de l'autre, la conservation de cette biodiversité telle qu'elle est, à l'état sauvage. Les opposants avaient demandé un moratoire sur les travaux et refusent de négocier tant qu'il n'est pas appliqué. Du côté de la majorité régionale, on argue que "le nouveau projet est une promenade écologique, immersive dans la forêt avec la possibilité pour tous les habitants de venir se plonger dans la réalité d'une magnifique forêt qui sera totalement préservée", selon les arguments de Valérie Pécresse, présidente (LR) de la région.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Bande-annonce : Derrière la vitrine des grands magasins

Les + Lus