• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

Seine-Saint-Denis : une policière de 26 ans se suicide dans la nuit de mercredi à jeudi à Drancy

Une policière de 26 ans travaillant à la direction de l'ordre public et de la circulation, basée dans le XIXème arrondissement de Paris, s'est suicidée dans la nuit de mercredi à jeudi. / © CHRISTOPHE SIMON / AFP
Une policière de 26 ans travaillant à la direction de l'ordre public et de la circulation, basée dans le XIXème arrondissement de Paris, s'est suicidée dans la nuit de mercredi à jeudi. / © CHRISTOPHE SIMON / AFP

Une policière de 26 ans a été retrouvée morte dans sa voiture personnelle, à Drancy, dans la nuit de mercredi à jeudi. Cette année, 47 policiers se sont suicidés en France, un triste record. 

Par SMl

Une policière de 26 ans s'est suicidée avec son arme de service. Elle a été retrouvée morte dans la nuit de mercredi à jeudi 22 août dans sa voiture personnelle, à Drancy, en Seine-Saint-Denis. La jeune femme appartenait à la 21ème compagnie d'intervention (CI) de la Direction de l'ordre public et de la circulation (DOPC), basée dans le XIXème arrondissement de Paris.
C’est son compagnon, également policier, qui l’a découverte vers 1h du matin, dans le parking de la résidence de la jeune femme. Il a été pris en charge par une cellule psychologique. L’inspection générale de la police nationale (IGPN) a été saisie de l’enquête.

C'est le 47ème suicide de l'année en France parmi la police

Ce suicide est loin d’être un cas isolé parmi les forces de l’ordre. C’est le 47ème dans la police depuis le début de l’année. Le bilan 2019 est déjà supérieur à l’ensemble de l’année 2018, qui a enregistré 35 suicides. Des mesures de médecine préventive et de soutien psychologique sont déjà mises en place, avec le concours de 90 psychologues.

Le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, a également annoncé, en avril dernier, la création d’une «cellule alerte prévention suicide». Cependant, Stanislas Gaudon, porte-parole du syndicat de police Alliance, insiste : «cela peine à être mis en place. Il y a eu un appel d'offres mais on n'arrive pas à recruter les psychologues. De plus, si c'est une petite avancée, c'est loin d'être primordial, ce qu'il faut c'est améliorer les conditions de vie et de travail des policiers. Les commissariats et les outils de travail sont complètement délabrés, le management est d'un autre temps : il n'est pas du tout en phase avec la base».
Le syndicat de police Alliance appelle donc à une marche blanche en septembre. «Ce sera une action forte car nous associons tous les corps actifs de la police, aussi bien administratifs que scientifiques ou techniques. Les familles sont aussi invitées à nous rejoindre car elles sont elles aussi très impactées par les vagues de suicides. Les policiers risquent leur peau. Il faut qu'il y ait une prise en charge digne de ce nom.» Les policiers marcheront avec en mémoire le spectre de 1996, année noire où 70 agents s'étaient donnés la mort. 
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Municipales à Paris : Isabelle Saporta rejoint la liste de Gaspard Gantzer

Les + Lus