Campagne de tests massive au lycée Delacroix à Drancy

Depuis lundi, un cas de Covid-19 dans une classe donne lieu à sa fermeture dans les 19 départements confinés. Au lycée Delacroix, où 22 classes sont fermées depuis hier, un dépistage massif est organisé dans l'établissement. Si ce dépistage reste non obligatoire, il fortement conseillé.

© Google street

Le ministre de l'Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, a annoncé vendredi dernier que les classes seraient fermées dès le premier cas de contamination dans les départements à mesures renforcées.

Dimanche, dans le lycée Delacroix de Drancy en Seine-Saint-Denis, un bilan faisait état de près d’une soixantaine de cas de Covid-19 chez des élèves depuis la rentrée du 1er mars et d'une vingtaine de parents d’élèves décédés depuis le début de la crise sanitaire en mars 2020. Le proviseur du lycée et son adjoint seraient également atteints de la Covid et de nombreux professeurs sont absents.

Ces fermetures de classes concerneraient 500 élèves sur 2 400

C'est le recteur de l'académie de Créteil Daniel Auverlot qui a annoncé, une campagne de tests massive, les mardi 30 mars et mercredi 31 mars, dans ce lycée de Drancy. "Nous allons avoir une détection massive", afin que "tous les élèves et personnels qui veulent être testés puissent l'être", a-t-il expliqué.

Pour prendre la mesure de la circulation du virus, l'AP-HP a été chargée d'organiser cette campagne de dépistage mais cette initiative ne rassure pas totalement les professeurs de l’établissement.

Aline Cottereau, professeur de français explique la raison de la défiance des enseignants. "Elle arrive un peu tard cette campagne de dépistage, les élèves ont été informés au dernier moment de la mise en place de ces tests. Il y a au maximum 600 personnes qui seront testés dans le lycée, mais en fait il y en aura bien moins, parce que les élèves ne veulent pas venir, et d’autres sont cas contacts et ne peuvent pas se déplacer. "En plus les tests antigéniques sont relativement peu fiables, il faut aussi admettre ça", précise l'enseignante.

Les cas asymptomatiques seraient difficilement identifiés par des tests antigéniques

Depuis leur mise en place, les tests antigéniques sont qualifiés être moins fiables pour détecter les cas asymptomatique. Dans un établissement scolaire, les jeunes asymptomatiques sont nombreux et ils peuvent être quand même contagieux.

Sur son site de l'assurance maladie souligne "que les tests antigéniques rapides constituent un outil supplémentaire pour réduire les chaînes de transmission virale. Ils viennent en complément des tests RT-PCR qui restent la technique de référence pour la détection de l’infection à la Covid-19".

La campagne de test se déroule au lycée, mardi et mercredi avec possibilité de la prolonger jusqu’à jeudi si des volontaires se présentent.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société éducation