Tribune. Attentats de Paris : retrouver l'esprit du 11 janvier 2015

je suis charlie | slogan de Joachim Roncin / © france 3 Picardie
je suis charlie | slogan de Joachim Roncin / © france 3 Picardie

Grégory Reibenberg, le patron du restaurant "La Belle Equipe", cible de l'une des attaques le soir du 13 novembre 2015, publie une tribune dans laquelle il appelle à un sursaut face au terrorisme. Et à retrouver l'esprit du 11 janvier 2015, jour de la "Marche républicaine", à Paris.

Par Grégory Reibenberg (patron du restaurant "La Belle Equipe")

13 novembre 2015. Tout le monde ne le sait peut-être pas encore, mais cette nuit terrible nous marquera tous et pour toujours. Les historiens et les philosophes diront peut-être ce qu’ont vraiment été les attentats du 13 novembre 2015 à Paris. En attendant, c’est notre rapport collectif à ce 13 novembre, et seulement lui, qui dessine aujourd’hui le tableau de ces événements. Un tableau pas très net, bourré de maladresses et de gaucherie, qui donne comme un immense sentiment de gâchis et de temps perdu. Parce que nous privilégions trop systématiquement l’émotion à la raison.

Cela commence par nos mots. J'entends hélas trop souvent des femmes et des hommes politiques, des commentateurs et des journalistes parler du « Bataclan » pour évoquer les attentats du 13 novembre 2015. Ils sont trahis par leurs émotions. C’est leur émotion qui parle. C’est le vertige du nombre de victimes et le trouble né du huis-clos infernal qu’ont vécu les gens pendant des heures insoutenables. Partout ailleurs à Paris, ce soir-là, sur les terrasses, dans les cafés, dans la rue, la terreur a duré moins de trois minutes. Enfin, je crois. Je ne regarde jamais les images du 13 novembre. Je les ai vécu de l’intérieur, cela me suffit. Mais quand certains parlent du « Bataclan » pour évoquer les attentats du 13 novembre, cela est très douloureux pour moi et, je le crois, pour tous les proches des victimes concernés. J’ignore si cela sera entendu, mais s’il vous plaît, parlez des « attentats du 13 novembre ». N’ensevelissez pas nos morts dans l’oubli.

J’ignore si cela sera entendu, mais s’il vous plaît, parlez des « attentats du 13 novembre ». N’ensevelissez pas nos morts dans l’oubli.

J’en viens à l’essentiel et, pour cela, je veux évoquer la grande manifestation du 11 janvier 2015 qui avait suivi les attentats des 7, 8 et 9 janvier de cette année sanglante. Ce jour-là, j'étais fier d’être un citoyen de mon pays. Comme beaucoup, j’avais les larmes aux yeux et au cœur. Comme des millions d'autres, j’étais rasséréné. La France était belle, elle était constituée d’un peuple qui se souvenait de son ADN commun et de son devoir de le défendre. Avec les événements de 2014 puis ceux de janvier 2015, la France avait été attaqué sur tout ce qui la singularise. Ce grand moment national que fut la manifestation du 11 janvier 2015 a eu selon moi un immense mérite : il a donné aux Français le dernier mot. Ce ne sont pas les assaillants qui ont parlé les derniers avec leurs armes, c’est nous, avec notre cœur et notre raison. Et sans peur, nous avons dit : « Non ! ».

D’une certaine manière, ce qui s’est construit après les attentats du 13 novembre (et après Nice, du reste) offre une image exactement inverse. Les Français se sont tus. Ils sont restés sur leur canapé, ils ont regardé les images, ils ont observé le ballet des experts et des journalistes sur les plateaux des chaines télé et de radio. Qu’avons-nous proposé comme signal collectif porteur de sens face à ces actes insensés ? Rien. Rien qu’un peuple assis devant un tsunami d'images véhiculant de l’émotion, du saisissement et de l’effroi. Est-ce là tout ce que nous avons à nous offrir, la peur ? 

Ceux qui ont fabriqué les tueurs doivent être enchantés de constater que, même morts, leurs bombes humaines continuent d’exploser. Par notre passivité, nous leur donnons le pouvoir d’exercer leur emprise sur nous. Deux ans après le 13 novembre, nous continuons à montrer sur nos écrans le visage de nos bourreaux et à entretenir la peur. Personne, et moi le premier, ne peut empêcher l’espèce humaine de chercher à comprendre. Pour cela, elle emprunte parfois des voies intelligentes mais aussi, et souvent, des raccourcis dévastateurs. Comme celui consistant à montrer à l’envi le visage et le curriculum des exécutants de ces attentats. Ils ne sont pourtant rien. Ils ne sont que des balles de mitraillettes. Devons-nous commenter et montrer, sous tous ses angles, un bout de métal utilisé à tuer, ou bien devons-nous porter notre attention sur ceux qui ont créé et utilisé cette balle ?

Se souvenir des nôtres

La commémoration du 13 novembre ne devrait être que l’occasion de se souvenir des nôtres. Lorsque nous commémorons la fin de la guerre contre l'Allemagne hitlérienne, montrons-nous le visage de Hitler ou Himmler en indiquant à côté de leur nom le nombre de victimes dont ils portent la responsabilité ? Non, nous ne le faisons pas. Nous utilisons ce moment pour parler de nos morts, de nos blessés, de nos survivants, de nos sourires, d'amour, de nos espérances, de notre victoire sur le mal.

C'est peut-être cela, qu'il faut inventer. Une forme d’attention à nos disparus, mais aussi à nous-mêmes en tant que nation. Au lieu de quoi, la stratégie de nos ennemis fonctionne à merveille par notre consentement névrotique à alimenter les braises du mal qu'ils ont allumé. Allons-nous encore courir, ce 13 novembre, après l'identité des exécutant et ainsi atteindre le but recherché par nos ennemis ? Allons-nous faire une fois de plus la promotion de leurs bombes humaine ? N'est-il pas possible de réagir autrement ? Qu'avons nous à perdre à réfléchir à cela ? Rien.

Allons plus loin : que se passerait-il si, à la prochaine barbarie, nous nous interdisions de donner le nom et le visage des exécutants ? Agir ainsi nuirait-il à notre combat contre ces gens ? Passer en boucle sur les écrans le visage des tueurs constitue l’une des raisons de ces attaques car, tout le monde le sait, ces attaques sont des messages. Nous consentons donc tous, collectivement, à assurer la com’ de nos ennemis.

Nous devons dire que le destin que nous rêvons à nos enfants, c’est qu’ils deviennent des bombes d’humanité diffusant de l'amour, de la tolérance et du respect.

Nous méritons mieux. Nous sommes un peuple mûr. Nous devons imaginer un moyen de dire que la peur et la barbarie n'ont pas gagné nos cœurs. Nous devons dire que nous nous souvenons d’avantage de nos morts que de nos bourreaux, que chaque acte de terreur nous cimente au lieu de nous diviser. Nous devons dire que le destin que nous rêvons à nos enfants, c’est qu’ils deviennent des bombes d’humanité diffusant de l'amour, de la tolérance et du respect.

Bien sûr, certains ricaneront et me prendront pour un rêveur. Ils ont raison, mais je suis un rêveur éveillé, pragmatique et déterminé. Le rêveur que je suis ne pleurera pas ses morts le 13 novembre prochain. J'ai toute ma vie pour le faire. Non, je penserai aux vivants, je penserai à ce que j’ai vu en nous, ce 11 janvier 2015, lors de la manifestation républicaine, et je prierai pour que son esprit revienne car, contre cela, leurs bombes n’y pourront jamais rien.

A lire aussi

Sur le même sujet

Dans l'arrière-cour du Goncourt des lycéens

Près de chez vous

Les + Lus

Les + Partagés

Nouveau !Abonnez-vous aux alertes de la rédaction et suivez l'actu de votre région en temps réel

Je m'abonne