Cet article date de plus de 4 ans

Niqab : un commissaire de police encourage à "sauvegarder les valeurs de l'Occident"

Dans une lettre, un commissaire félicite un policier après le contrôle d'une femme en niqab et "encourage vivement à poursuivre dans cette voie, la seule permettant de sauvegarder les valeurs de l'Occident". La préfecture de police a estimé que "les termes employés dans ce document sont inappropriés
© France 3 Paris IDF
Dans un courrier daté du 3 juin, le commissaire de police adresse ses félicitations à un policier après le contrôle d'une femme vêtue d'un voile intégral le 1er juin dans une rue du district de Champigny-sur-Marne (Val-de-Marne).

Ce contrôle avait donné lieu à un procès-verbal

"Je tiens à vous exprimer ma reconnaissance pour votre action, laquelle s'inscrit dans la lutte contre tous les phénomènes de communautarisme qui s'inscrivent délibérément hors des fondements de la République française", écrit le chef de service. "Je vous encourage vivement à poursuivre dans cette voie, la seule permettant de sauvegarder les valeurs de l'Occident", conclut-il.

Sollicitée par l'AFP, la préfecture de police de Paris a estimé que "les termes employés dans ce document sont inappropriés". "Le chef de service va faire l'objet d'une lettre de son directeur afin que ce type de propos ne soient pas réitérés", a-t-elle affirmé.

Le voile intégral interdit en France depuis 2010

La France a été le premier pays européen à interdire le voile intégral (burqa, niqab), avec une loi de 2010 qui interdit "la dissimulation du visage dans l'espace public" (rues, mais aussi commerces, transports, mairies etc). Validée par la Cour européenne des droits de l'Homme (CEDH) en 2014, la loi prévoit jusqu'à 150 euros d'amende en cas d'infraction. En cinq ans d'application, un peu plus de 1.500 verbalisations ont été recensées.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
police société sécurité religion