Val-de-Marne : les parents d’élèves d’un collège d’Ivry-sur-Seine appellent à bloquer leur établissement

Publié le Mis à jour le
Écrit par PDB

La FCPE, à l’initiative de l’action, souhaite dénoncer le non-remplacement d’enseignants absents. Le "blocage administratif" doit avoir lieu ce vendredi 1er avril.

Ils appellent à "bloquer le collège". Des parents d’élèves du collège Henri Wallon, situé à Ivry-sur-Seine (Val-de-Marne) organisent une mobilisation, ce vendredi. Prof de mathématique en congé paternité, prof de français en congé maternité, prof d’EPS en mi-temps annualisé… "Au 1er avril, 263 heures de cours pour des absences prévues de longue date n’ont pas été remplacées", dénonce la FCPE dans un communiqué.

"Depuis le début de l’année scolaire, en comptant les absences non prévisibles, les formations des enseignants… plus de 1900 heures ont été perdues pour les élèves au sein de ce seul collège", poursuivent les parents d’élèves.

"L’Éducation nationale vante son bilan autour du dédoublement des classes, mais cette réforme du gouvernement s’est faite au détriment d’autres mesures. Ainsi, depuis des mois, les enseignants ne sont plus remplacés", déplore  la FCPE, qui souligne que l’établissement est en Réseau d’éducation prioritaire (REP).

"Des absences prévues de longues dates et pour lesquelles rien n’est fait"

"C’est le cas pour des absences ponctuelles (formation, maladie), mais c’est également le cas pour des absences prévues de longues dates et pour lesquelles rien n’est fait", ajoute le communiqué.

Les parents d’élèves pointent du doigt des "solutions bricolées par le rectorat" qui "ne permettent pas de répondre au droit à l’éducation pour tous les élèves du collège". "Des solutions ont été trouvées pour quelques classes après des semaines d’absences, mais pour d’autres, aucune solution n’est proposée, le CDI est fermé jusqu’à la fin de l’année, des 3e s’apprêtent à passer le Brevet sans cours de français depuis le 1er février", ajoutent-ils.

La FCPE, qui organise le "blocage administratif", indique avoir recueilli 200 signatures "en une seule journée" dans le cadre d’une pétition.