Vitry-sur-Seine : jusqu'à 12 ans de prison pour un cambriolage au fusil à pompe chez des restaurateurs chinois

Les cambrioleurs arrêtés par la police étaient armés de fusils à pompe et de gaz lacrymogène (illustration). / © PHOTOPQR/NICE MATIN
Les cambrioleurs arrêtés par la police étaient armés de fusils à pompe et de gaz lacrymogène (illustration). / © PHOTOPQR/NICE MATIN

Quatre hommes ont été condamnés vendredi à des peines allant jusqu'à 12 ans de réclusion criminelle, pour un violent cambriolage dans la maison de restaurateurs chinois, à Vitry en juillet 2016.

Par France 3 Paris IDF / AFP

Les peines vont jusqu’à 12 ans ferme. La cour d'assises du Val-de-Marne, à Créteil, a condamné vendredi quatre hommes pour un violent cambriolage dans le domicile de restaurateurs chinois, à Vitry-sur-Seine il y a trois ans.

Les faits remontent à juillet 2016 : en pleine nuit, vers 1 heure du matin, la police est contactée pour un cambriolage dans un pavillon. Sur place, les fonctionnaires aperçoivent plusieurs hommes cagoulés, en train de prendre la fuite. L’un d’entre eux, qui essaye de quitter les lieux par le toit, glisse et tombe avant d'être arrêté.

Un peu plus tôt, alors qu’il rentrait chez lui avec sa femme après le travail, l'une des victimes avait reçu un coup de taser au moment d'ouvrir la porte, avant d’être projeté au sol. Les agresseurs, armés de fusils à pompe et de gaz lacrymogène, avaient pénétré la grande maison, où vivaient alors quatre familles chinoises

Les adultes menacés d'une balle « en pleine tête »

Cinq enfants âgés de deux à huit ans et 10 adultes, dont l'un réussira à prévenir les forces de l’ordre, se trouvaient à l'intérieur.

Réunis dans le salon, les adultes avaient été ligotés et bâillonnés. Braqués au fusil à pompe, ils avaient ensuite été menacés d'une balle « en pleine tête » et contraints de dire où se cachait leur argent. Si la plupart des enfants dormaient, deux d’entre eux avaient assisté à la scène.

Lors du cambriolage, les malfaiteurs ont dérobé un butin de près de 15 000 euros, mais aussi des bijoux et des montres. Pour ce qui est du jugement, l’accusé tombé du toit, qui avait reconnu les faits, a écopé de six ans de prison. Les trois autres, qui avaient été désignés comme ses coauteurs mais qui ont nié les faits jusqu'à la fin du procès, ont été condamnés à 12 ans de réclusion criminelle.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Deux paysagistes proposent une tombe-jardin plus écologique et moins chère

Les + Lus