Invalidation des comptes de campagne du nouveau maire de Trappes, Ali Rabeh

La Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques a rejeté les comptes de campagne d’Ali Rabeh, le maire de Trappes, six mois après sa victoire aux élections municipales, en juin dernier. Le Tribunal administratif a 3 mois pour statuer.

Ali Rabeh, élu à la mairie de Trappes en juin dernier.
Ali Rabeh, élu à la mairie de Trappes en juin dernier. © Mairie de Trappes

Six mois après le scrutin municipal, la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques, le Cnccfp, s'est penchée sur les comptes de campagne d’Ali Rabeh (Génération.s), le maire de Trappes, suite à un recours déposé par une liste d'opposition menée par Othman Nasrou et Mustapha Larbaoui.

Dans son collimateur : des actions de solidarité menées par l'association Cœur de Trappes dont le nouveau maire était le président au printemps dernier et qui auraient dû être déclarées dans les comptes du candidat.

La CNCCFP a invalidé les comptes de campagne d'Ali Rabeh le 26 novembre 2020
La CNCCFP a invalidé les comptes de campagne d'Ali Rabeh le 26 novembre 2020 © Capture d'écran CNCCFP

"Il est constant que pendant la période de six mois précédant le premier tour de l’élection municipale et surtout entre les deux tours de celle-ci, non seulement l’association a étendu la nature de ses activités principales mais elle a aussi assuré la promotion de son président lequel aurait dû pendant cette période électorale adopter une attitude beaucoup plus réservé", peut-on lire dans le rendu de la commission de contrôle.

Visée, la distribution par l'association Cœur de Trappes lors du premier confinement de 15 000 masques de protection dans une pochette plastique comportant un document avec une photo du candidat Divers Gauche ainsi que des kits pédagogiques et ludiques.

Pour la commission de contrôle, ces actions "qui ont eu pour effet de valoriser à la fois l’association et son président fondateur, doivent être regardées comme les actions de propagande en faveur de celui-ci, candidat aux élections municipales et comme tel assimilable à un don provenant d’une personne morale prohibée par l’article L 52–huit du code électoral. Cette irrégularité justifie le rejet du compte de campagne d’Ali Rabeh."

Selon Ali Rabeh "la commission fait erreur"

Je suis très fier des actions que j’ai menées !

Ali Rabeh, maire de Trappes

"Si c’était une invalidation pour fraude ce serait légitime mais là non ! tempête-t-il. La commission a jugé que en tant que candidat et bénévole depuis longtemps dans une association caritative, j’aurais dû m’abstenir pendant le confinement de livrer des colis alimentaires à des sans-papiers et de fournir des masques à la population, c’est incompréhensible", dénonce-t-il.

Le maire le revendique, ces activités n’ont pas de caractère électoral et n’ont pas à être intégrées dans ses comptes de campagne. "Quand je fais moi-même du soutien scolaire pour des enfants de Trappes qui n’ont pas la chance d’avoir des parents qui puissent les accompagner en mathématiques, et bien, les gamins de 14 ans ne votent pas aux élections", s'indigne-t-il. Et de poursuivre : "J’ai décidé sciemment de ne pas mettre ses actions caritatives dans mes comptes de campagne. Ce n’est pas à l’argent public de payer ces actions caritatives !"

Il conclut : "la commission a commis une erreur dans ce dossier et elle sera corrigée par le Tribunal administratif dans les trois mois, je n’ai aucun doute là-dessus", estime t-il. Pour lui, tout vient de son opposant aux élections municipalesOthman Nasrou "qui refuse de reconnaître sa défaite" et qu'il taxe de "Donald Trump de Trappes !".

Face aux attaques, Ali Rabeh n’hésite pas à souligner que son opposant "a utilisé l’argent public en déclarant dans ses comptes de campagne l’achat de masques au conseil Régional Île-de-France et distribués aux trappistes".

Le maire n'a pas respecté le code électoral selon Othman Nasrou

Othman Nasrou, le candidat arrivé en deuxième position à l'élection municipale, contacté par téléphone, n'a pas souhaité réagir au-delà d'un communiqué de presse. "Ainsi que nous l’avions indiqué tout au long de la campagne et au lendemain du scrutin, la CNCCFP a relevé des manquements importants aux règles du code électoral. Il appartient désormais au tribunal administratif de se prononcer sur l’annulation ou non de l’élection", peut-on lire.

Communqué  de presse
Communqué de presse © Capture d'écran

Saisi le tribunal administratif de Versailles a 3 mois pour statuer sur la validité ou non des comptes de campagne de l'actuel maire de Trappes. Si la décision est confirmée, cela pourrait entraîner une invalidation du scrutin. 

En juin dernier, Ali Rabeh a remporté les élections municipales avec 161 voix d’avance. Il a été élu avec 40,40 % des suffrages devant le candidat (DVD) Othman Nasrou (37,18 %) et le maire sortant (DVG) Guy Malandain (22,40 %).

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
politique justice société