• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

Louveciennes se divise autour de la question des migrants

Un millier de personnes a défilé contre l'arrivée de migrants à Louveciennes, dans les Yvelines, ce dimanche 2 octobre. / © @DamienRieu
Un millier de personnes a défilé contre l'arrivée de migrants à Louveciennes, dans les Yvelines, ce dimanche 2 octobre. / © @DamienRieu

Cette ville des Yvelines subit la décision de démantèlement des campements parisiens. Elle a, entre autre, été choisie pour accueillir des migrants. Voilà de quoi susciter des débats entre les habitants. 

Par Cathy Dogon

"La Préfecture de la Région Île-de-France procède, depuis juin 2015, à l’évacuation des campements parisiens constitués par des primo-arrivants, demandeurs d’asile, en provenance de régions en guerre ou en proie à une violence généralisée", peut-on lire sur le site des Yvelines. "Cette évacuation a permis de mettre à l’abri, sur l’ensemble de la région, plusieurs milliers de personnes dans des centres dédiés sur l’ensemble de la région."

Cependant, les Franciliens ne sont pas tout à fait en adéquation avec ces ambitions. Si la préfecture des Yvelines dit maintenir "un constant souci de dialogue avec les collectivités locales et toutes les parties concernées par cette politique de solidarité", près de 1.000 personnes se sont mobilisées à Louveciennes, ce dimanche 2 octobre. Cette ville, avec Rocquencourt, sont des "hypothèses de travail" pour loger des migrants. 

Un reportage de Gaëlle Darengosse et Hicham Rami
Louveciennes se déchire
Depuis juin 2015, la préfecture des Yvelines s'est engagée à proposer 835 places pour ces personnes. Elle en a pour l'instant trouvé 433, et souhaiterait doubler ce chiffre. La ville de Louveciennes ne serait, elle, concernée que par une centaine d'hébergements. 
Dans le même temps, une manifestation en faveur de l'accueil se tenait. Une petite centaine de personnes évoquait la création d'un collectif pour agir et dénoncer ce "repli sur soi". 

Sur le même sujet

Portrait du sculpteur Denis Monfleur dans son atelier

Les + Lus