"Chez Mauricette", le premier centre de vaccination contre la Covid-19 dans les Yvelines

La ville de Poissy a inauguré ce jeudi le premier vaccinodrome de France. Le centre accueille le personnel soignant, les pompiers ainsi que les aides-soignants de plus de 50 ans, sur rendez-vous. 

Inauguration du centre de vaccination "Chez Mauricette" de Poissy, dans les Yvelines. Capture d'écran twitter @Karl Olive
Inauguration du centre de vaccination "Chez Mauricette" de Poissy, dans les Yvelines. Capture d'écran twitter @Karl Olive

C’est une première pour une commune de France. La ville de Poissy, dans les Yvelines, a inauguré en début d'après midi un centre de vaccination – ou "vaccinodrome" – contre la Covid-19. Son nom : "Chez Mauricette", en référence à la première personne vaccinée en France le 27 décembre 2020, Mauricette, 78 ans. La septuagénaire est d'ailleurs représentée sur l'affiche de promotion du vaccinodrome, portant une cape rouge, telle une héroïne de bande-dessinée, seringue à la main, le poing levé, détruisant le virus. 

Les locaux se situent dans l’enceinte du Centre de diffusion artistique, déjà utilisé pendant le premier confinement comme centre de consultation, et comme centre de dépistage contre la Covid-19 depuis le mois de novembre 2020.

Ce centre peut accueillir, sur rendez-vous, les professionnels de santé, les pompiers ainsi que les aides-soignants de plus de 50 ans qui souhaiteraient se faire vacciner.

"L’ouverture de ce centre du lundi au vendredi de 14h à 17h, va permettre de répondre à la montée en puissance de la stratégie vaccinale parallèlement aux vaccinations dans les Ehpad", comme l’explique un communiqué de presse publié de la Ville de Poissy ce matin.

 

« Chacun est à sa place »

Aux origines de ce projet de "vaccinodrome" se trouve le couple maire/préfet, fortement mis en avant depuis le début de la crise sanitaire. "Notre but est de vaincre cette épidémie et de gagner la bataille de la vaccination", explique le maire de Poissy, Karl Olive, interrogé par France 3 Paris Île de France. "Il y a une coordination entre l’ARS (Agence régionale de santé), le préfet des Yvelines, les médecins de villes, l’hôpital Saint-Germain sans oublier la 'réserve communale' de bénévoles locaux (…) chacun est à sa place et chacun a rôle à jouer", détaille-t-il. "Nous restons centre de dépistage, et nous devenons centre de vaccination (…) cela nous permet de mutualiser une partie des moyens mis en place", précise l’élu.

Dans une vidéo relayée sur twitter, le maire éclaire sur la signalétique mise en place pour assurer le bon déroulement du processus de ce premier "vaccinodrome".

L’administration d’un vaccin requiert toute une organisation avant, pendant, et après l'injection. Il faut vérifier qu’une personne peut être vaccinée "normalement", qu’elle ne présente pas de contrindications comme des allergies, la surveiller pour vérifier si tout va bien. "Les médecins qui officient dans le centre ont un protocole éprouvé, avec un accueil des personnes, une prise en charge de leurs données médicales", insiste Karl Olive. "Il y a une pré-consultation, la vaccination, puis une salle d’attente où vous restez 15 minutes pour récupérer et/ou vérifier qu’il n’y a pas d’effets secondaires (…) rien n’est laissé au hasard", ajoute-t-il.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société