Des Chronobus pourquoi faire ?

Quatre premières lignes de Chronobus dans l'agglomération nantaise le 1er octobre, d'autre suivront en 2013 et 2014 / © Patrick Garçon Nantes-Métropole
Quatre premières lignes de Chronobus dans l'agglomération nantaise le 1er octobre, d'autre suivront en 2013 et 2014 / © Patrick Garçon Nantes-Métropole

Lundi 1er octobre, la TAN, le réseau de transport public nantais inaugure ses 4 premiers Chronobus, un nouveau label pour redorer le blason des autobus

Par Christophe Turgis

Plus rapide, plus fréquent, plus fiable, le matin de bonne heure, le soir tard, les Chronobus devraient garantir aux voyageurs une fiabilité que les bus tels qu'on les connaît ne peuvent plus assurer.
Empêtrés dans les embouteillages, avec un poteau d'arrêt coincé sur un trottoir étroit en guise de station d'accueil, des horaires trop dépendants de la circulation générale, avec des passage "tous les pas très souvent", les bus ne font plus envie depuis l'apparition des tramways et du busway.
Ces deux nouveaux concepts de transport en site propre ont fait de l'ombre au bon vieil autobus urbain. Il fallait changer son image, et améliorer son efficacité, pour donner envie aux voyageurs de l'utiliser. Et en même temps améliorer les conditions de travail des conducteurs dont la vocation n'est pas de patienter dans les embouteillages...

Un investissement métropolitain
La communauté urbaine de Nantes s'est donc engagée dans un vaste programme de modernisation du réseau de bus. 140 millions d'euros seront investis pour : créer des stations confortables qui inscrivent le passage du Chronobus dans l'espace urbain, pour faciliter la progression des bus dans la circulation par des aménagements de voirie.
Pour les voyageurs, selon Jean-François Retière le vice-président de Nantes-Métropole en charge des transports, le "saut qualitatif sera réellement visible". En roulant mieux, en s'arrêtant moins souvent aussi, des arrêts trop rapprochés ont parfois été supprimés, les temps de parcours s'approcheront de ceux des trams ou du busway.
Mais surtout, la fréquence de passage des bus sera sensiblement la même tout au long de la journée. Avec la certitude pour les voyageurs de disposer d'un service tôt le matin jusque tard le soir. Dimanche compris.

 / © Patrick Garçon Nantes-Métropole
/ © Patrick Garçon Nantes-Métropole


Vers un réseau global
Les quatre premières lignes de Chronobus seront mises en service lundi 1er octobre, d'autres suivront en 2013 et 2014, qui permettront à terme de se déplacer dans l'ensemble de l'agglomération nantaise. En combinant les bus et les trams par le jeu des correspondances et de temps de parcours réduits. Tous les jours et toute la journée. Même s'il faudra parfois marcher un peu plus du fait de la suppression d'une ancienne ligne ou d'un arrêt.

Les Chronobus pas touchés par la grève de lundi :

Selon la SEMITAN qui met en ligne ce vendredi soir ses prévisions de trafic pour  lundi 1er octobre, la grève ne devrait pas toucher le réseau des chronobus.
Les lignes 11, 12, 23, 24, 25, 28, 29, 30, 36, 37, 39, 42, 51, 52, 54, 58, 70, 71, 72, 73, 76, 80 82, 83, 85, 90, 92, 96, 97 et Express Carquefou circuleront avec les horaires de vacances scolaires (horaires jours jaunes) en raison de l'appel à la grève. 
Retour à un trafic non pertubé dès mardi matin.

A lire aussi

Sur le même sujet

Vendée : le Roller-derby

Les + Lus