Cet article date de plus de 8 ans

Nantes : on marche plus, on va plus à vélo et en bus... conséquence la voiture reste plus au garage !

Nantes-Métropole vient de livrer les chiffres d'une enquête en profondeur sur les habitudes des habitants en termes de mobilité, la part de la voiture baisse de 57% en 2008 à 50,9% en 2012
© tan
Chaque jour, 2,1 millions de déplacements sont effectués par les habitants de l'agglomération nantaise. En 2030, on en comptera 2,5 millions. L'objectif du Plan de Déplacements Urbains de Nantes-Métropole est de faire passer la part de la voiture à 40%.

2 105 000 déplacements en 2012... chaque jour !
L'enquête réalisée auprès de 2400 personnes en octobre dernier révèle ou confirme des tendances lourdes dans les habitudes de mobilité des habitants de l'agglomération. Pas seulement des nantais. Intérieur du périphérique, extérieur du périphérique, les modes de déplacements changent. Conséquence d'une politique des transports publics qui porte ses fruits et aussi d'une politique d'urbanisme qui densifie l'habitat, rapproche les lieux de commerce, d'emploi et de formation. Favorise l'usage du vélo et diminue la nécessité d'avoir recours à une voiture.

Le nombre total de déplacements a augmenté au même rythme que la population : les habitants de Nantes Métropole effectuent chaque jour 2 105 000 déplacements en 2012 contre 2 061 000 en 2008, soit +0,5% par an. Parallèlement, la population a atteint 593 000 habitants en 2012 contre 579 000 en 2008, soit +0,5% par an également.
La mobilité individuelle quotidienne est restée stable et se situe autour de 3,5 déplacements par jour et par personne.

La voiture recule dans l'agglomération
Conséquence la plus importante, la part de la voiture qui résistait dans les enquêtes précédentes, marque le pas. De 57% en 2008, la part modale de la voiture passe à 50,9%. Et phénomène nouveau, cette diminution est plus importante pour les habitants de l’extra-périphérique (71% des déplacements en 2008, 63,9% en 2012), même si la tendance est forte pour les habitants de l’intra-périphérique (49 à 43,6 %).
Le taux de remplissage des voitures est resté stable : pour déplacer 120 personnes ... il faut 100 voitures dans la circulation en 2012, 121 en 2008.
La part des déplacements en deux-roues motorisés est restée stable : 2% en 2012, comme en 2008.

On marche volontiers à pied en ville
La part de la marche à pied augmente de 24% à 26,8% en 2012. 1/3 des déplacements se font à pied en ville.
Pour les déplacements des habitants de l’extra-périphérique, cette part passe de 13 à 18,2%, et de 30 à 31.5% pour les habitants de l’intra-périphérique.

© NM


À vélo on dépasse les autos
On en est pas encore là. Quoi que ! À l'intérieur du périphérique la part modale des déplacement à vélo est presque multipliée par 3 ! elle passe de 2 à 4,6% dans l'agglomération, et même à 5,3% à l'intérieur du périphérique. Des comptages effectués sur des axes majeurs comme les ponts sur la Loire indiquent une augmentation de 10... à 37% en quatre ans!
Le Bicloo a enfin trouvé sa place, avec 9300 abonnés et 3627 locations en moyenne du lundi au vendredi.

© NM


On prend plus le bus à l'extérieur du périphérique
De 2008 à 2012, la part des transports publics augmente peu. De 15 à 15,8%. Normal, le réseau n'a pas évolué durant cette période. Cette part progresse, pour les habitants de l’intra-périphérique (de 17 à 17,4%) mais plus fortement encore pour les habitants de l’extra-périphérique (de 11 à 13,1%).

© NM

Mais la révolution Chronobus est en marche... Les 4 premières lignes mises en service en octobre dernier affichent sur 3 mois des progressions spectaculaires. +25% pour le C1, +16% pour le C2, + 18% pour le C3 et +25% pour le C4 !
Avec un service du soir plébiscité, +20% sur les 4 lignes Chronobus et +42% sur le Tram 1 !

© NM


Et demain
3 nouvelles lignes de Chronobus à la rentrée de septembre. D'ici 2014 deux axes majeurs pour les vélos, nord sud et est ouest. 16 km de voies vélo en "site propre". De Rezé au Pont Morand et de Malakoff au quai de la Fosse Ces voies cyclables seront plus larges qu'une bande cyclable ordinaire.

Sur le périphérique, qui n'est pas de la responsabilité de Nantes Métropole mais de l'État, le trafic augmente de 1,5 à 2% par an. Saturé sur certaines parties aux heures de pointe, un dispositif de régulation devrait prochainement alléger les flux de circulation de 5 à 10% sur le pont de Cheviré, aux portes de Gesvres et de Rennes.





Les chiffres clés de la mobilité dans l'agglomération nantaise
Plus de 120 millions de voyages par an assurés par la Tan.
440 km de voies cyclables et 5 600 places en appuis-vélos sur le territoire de Nantes Métropole.
3 lignes de tramway formant un réseau de plus de 45 km.
7 lignes Chronobus en septembre 2013, dont 4 lignes depuis octobre 2012
34 km de voies en site propre pour les bus.
34 000 voyageurs par jour sur les 7 km de BusWay
55 lignes de bus
1 ligne de Navibus sur la Loire et un passeur sur l’Erdre
41 P+R offrant 6 823 places de stationnement dont 831 pour les vélos,
17 nouveaux P+R, soit 2 246 places auto et 390 places vélos supplémentaires en 2014
9294 abonnés bicloo annuels fin 2012, 3 627 locations/jour en moyenne du lundi au vendredi et 3 212 locations/jour du lundi au dimanche (880 vélos en libre service 24/24H, 103 stations)
300 plans mobilité entreprise concernant 85 000 salariés
12 aires de covoiturage sur l’agglomération, 6 850 inscrits sur www.covoituragenantesmetropole.fr
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
transports environnement