• faits divers
  • société
  • économie
  • sport
  • football
  • Insolite

Violences à Notre-Dame-des-Landes : pro et anti aéroports d'accord pour les condamner

Barricade tombée chemin de Suez / © Antoine Ropert - France 3 Pays de la Loire
Barricade tombée chemin de Suez / © Antoine Ropert - France 3 Pays de la Loire

Au lendemain des violences qui ont opposé les "zadistes" aux forces de l'ordre lundi, le président de l'Acipran, association pro-aéroport, demandait à l'Acipa, association anti-aéroport, de dénoncer ces violences. C'est chose faite par le porte-parole de l'Acipa

Par Christophe Turgis

Le porte-parole de l'Acipa, principale association d'opposants à l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, Julien Durand, estime que "les tranchées et les barricades ne sont pas une solution", après les violences lundi entre certains opposants anti-capitalistes et les forces de l'ordre. L'Acipran, principale association de citoyens favorables au projet, avait demandé à l’Acipa de mettre en phase ses actes avec ses propos et de se désolidariser des "Zadistes".

"Zadiste" ?  Comme, Zone À Défendre pour les opposants,  un emprunt à la Zone d'Aménagement Différé (ZAD) dans le langage de l'État.  Les "Zadistes", pour Alain Mustière le président de l'Acipran, désignent "une minorité radicale qui combat tout forme de développement".

Et dont l'action violente nuit également aux opposants de l'Acipa, "à chaque fois que nous organisons une opération pacifique elle est parasitée, avant ou après, par une petite minorité qui crée et entretient ce climat de violence".
"Cette violence ne sert que les porteurs du projet et discrédite notre lutte pacifique, juridique et politique. En une demi-journée, on a cassé l'image et l'ambiance conviviale et familiale de l'opération "Sème ta Zad" (remise en culture symbolique des parcelles à Notre-Dame-des-Landes,ndlr), regrette Julien Durand.

Lundi, après plusieurs mois de calme relatif, des affrontements ont opposé "Zadistes" et forces de l'ordre sur le site du futur aéroport, faisant trois blessés parmi les forces de l'ordre, selon la gendarmerie, et un peu plus d'une quinzaine chez les opposants, selon ceux-ci.
Des opposants anti-capitalistes venus se joindre à ceux qui sont habituellement installés sur place à l'occasion d'une manifestation de "remise en culture" de la Zad le 13 avril, ont barré de tranchées et de nouvelles chicanes la seule route, nord-sud, encore praticable, l'autre étant barrée de chicanes imposantes depuis l'automne.

A lire aussi

Sur le même sujet

travaux pont de Cheviré

Les + Lus