• faits divers
  • sport
  • société
  • économie
  • football
  • Insolite

Pays-de-la-Loire : toujours des écoles sans instituteurs et des parents d'élèves mécontents

Les élèves et leurs parents réclament le maintient de la 7ème classe dans leur école / © Maryse Lamy f3
Les élèves et leurs parents réclament le maintient de la 7ème classe dans leur école / © Maryse Lamy f3

Une semaine après la rentrée, dans nombre de communes, des parents d'élèves affichent leur désarroi, le maintient d'une classe ou son ouverture se joue autour du nombre d'enfants inscrits, 1 ou 2 élèves au dessus ou au dessous et l'inspection académique prend des décisions rarement favorables

Par Christophe Turgis

En Loire-Atlantique à Nantes, dans le centre ville, l'école Émile Péhant perd une classe, passant de 7 à 6 classes pour 153 élèves, alors que le seuil est à 149, l'inspection académique argumente cette fermeture avec dépassement d'effectifs par le fait que : "cette école ne fait pas partie des établissements en difficulté". Les parents contestent avec un double argument, 7 enfants en Cliss ne sont pas comptabilisés dans les effectifs alors qu'ils viennent chacun trois heures par semaine, pour répartir les 7 enfants les classes sont passées à double niveau.
Autre argument, l'école est répartie sur deux sites, avec des cours de récréation séparées dans lesquelles des classes de CE se retrouvent avec des enfants plus âgés qu'eux. Une pétition est en cours. L'école a été occupée une partie de la soirée. Les parents participeront aujourd'hui à la manifestation de la FCPE devant la préfecture de la Loire-Atlantique.

Toujours en Loire-Atlantique à Vue, les comptages de juin annonçaient 96 élèves pour la rentrée à l'école publique du Tenu, l'inspection académique avait alors décider de supprimer une classe. 109 se sont présentés réellement. Pour les parents d'élèves le seuil d'ouverture de classe étant fixé à 108, de leur point de vue la classe doit rouvrir. L'inspection académique a fait valoir que cette commune de 1500 habitants n'est pas classée en ZEP et que la réouverture de la classe ne se justifie pas. Pour les parents c'est impossible à entendre, deux classes comptent  30 élèves dans des locaux qui ne peuvent en accueillir autant. Les parents occupent l'école jour et nuit.

Des classes de plus de 30 élèves à Vue où il manque une classe depuis la rentrée / © Olivier Quentin f3
Des classes de plus de 30 élèves à Vue où il manque une classe depuis la rentrée / © Olivier Quentin f3
Dans le Maine-et-Loire, à Cholet l'école maternelle de la Bourie est occupée par les parents d'élèves depuis hier soir, une dizaine d'entre-eux y a passé la nuit. Tout allait bien jusqu'à ce que jeudi dernier, une classe soit supprimée sans préavis. Une institutrice ayant été réaffectée à Chemillé. Motif, lors des comptages de juin, 84 enfants avaient été dénombrés, mais seulement 79 sont effectivement venus à l'école à la rentrée. Difficile avec 26 petits enfants par classe de travailler dans de bonnes conditions. Les parents d'élèves ont adressé un courrier à l'inspecteur d'académie, au député maire et au 1er ministre, espérant le rétablissement de la classe manquante.


Dans la Sarthe, à Saint-Mars-la-Brière, les parents d'élèves ont bloqué la route nationale hier soir protester contre la fermeture d'une classe. Il doivent rencontrer l'inspecteur d'académie ce soir. Inspecteur qui avait en juin décidé de la fermeture de cette classe, faisant la promesse de sa réouverture à la rentrée 2013 si le seuil de 87 enfants était atteint. Avec 88 enfants présents à l'école maternelle des Hauts Champs, et avec 30 enfants par classe, les parents pensaient voir les effectifs mieux répartis.


En Vendée, à Montaigu, à l'école Maternelle Jules Verne, les 62 enfants sont accueillis dans deux classes, alors qu'une troisième vient d'être fermée. Les parents d'élèves ont fait valoir le fait qu'en plus de ces 62 enfants, l'école accueillait aussi des enfants handicapés, et que des inscriptions ont été poises pour janvier, l'inspection académique ne veut pas revenir sur sa décision. Les parents occupent l'école nuit et jour depuis une semaine déjà.

Une manifestation à Nantes

Une dizaine de communes sont concernées en Loire-Atlantique par ces problèmes d'ouvertures / fermetures de classes. Une manifestation s'est déroulée devant la préfecture en début d'après-midi, rassemblant une centaine de parents, d'enfants et d'enseignants. Une délégation a été reçue par le préfet qui transmettra. En attendant les parents d'élèves participeront à la fête de la Rose dimanche à Préfailles avec le premier ministre Jean-Marc Ayrault !

Une centaine de parents, d'enseignants et d'élèves sont venus manifester à Nantes pour dire le manque d'enseignants dans une dizaine de communes de Loire-Atlantique / © Olivier Quentin f3
Une centaine de parents, d'enseignants et d'élèves sont venus manifester à Nantes pour dire le manque d'enseignants dans une dizaine de communes de Loire-Atlantique / © Olivier Quentin f3

 

Sur le même sujet

floralies

Les + Lus