Angers : Les Verts veulent tourner la page d'une rentrée calamiteuse lors de leurs journées parlementaires

© eelv
© eelv

"Apaisés" par les annonces de la conférence environnementale sur la fiscalité, les parlementaires écologistes tenteront mercredi et jeudi à Angers de tourner la page d'une rentrée chaotique dont a été victime leur secrétaire national Pascal Durand, sur le départ

Par Christophe Turgis

Les 17 députés, 12 sénateurs et 17 eurodéputés EELV se retrouveront d'abord mercredi à huis clos puis jeudi pour des débats publics avec plusieurs membres du gouvernement, le Premier ministre Jean-Marc Ayrault étant annoncé pour le "pot de clôture".
Deux semaines après leurs vraies-fausses menaces de ne pas voter le budget 2014 du fait de la non-taxation du diesel, les écologistes voudront prouver que le débat récurrent de leur présence au gouvernement est clos et qu'ils ne sont pas condamnés aux déclarations tonitruantes non suivies d'effet.

Le débat du jeudi après-midi sera d'ailleurs consacré à "l'an 2" de l'exercice du pouvoir, en présence du président de l'Assemblée nationale Claude Bartolone et du ministre de l'Ecologie Philippe Martin.
"Ce sera une occasion de montrer qu'on veut travailler ensemble au sein de la majorité", a indiqué François de Rugy, co-président du groupe des Verts à l'Assemblée. "C'est vrai qu'on a eu un moment de flottement" après l'épisode du diesel, "mais ce qui est fait est fait" relativise M. de Rugy, qui veut se tourner vers "les échéances parlementaires importantes qui nous attendent avec les retraites et le budget".

Selon le député du Gard Christophe Cavard, "une majorité de parlementaires jugent positives les orientations annoncées lors de la conférence environnementale" des 20 et 21 septembre, même si des voix comme celle de Noël Mamère menacent toujours de ne pas voter le budget, estimant que ces annonces sont une "grande opération d'enfumage".

Alors que le budget aura été présenté mercredi au Conseil des ministres, les écologistes surveilleront les détails des annonces faites sur la taxation du carbone ou la baisse de la TVA pour la rénovation thermique. "Les orientations sont claires sur la fiscalité, mais on sera vigilant sur les modalités", souligne François de Rugy.


"Sortir de l'équation écolos = plus d'impôts"

Les Verts ne sont ainsi pas satisfaits du mécanisme de redistribution prévu pour la taxe carbone. Sur les quatre milliards d'euros de recettes attendues en 2016, trois milliards devraient financer le crédit d'impôt compétitivité en faveur des entreprises. "Nous préférerions que cela profite aux citoyens, histoire de sortir de l'équation écolos = plus d'impôts dans laquelle on s'est fait un peu enfermer", résume M. Cavard.
Les parlementaires auront déjà eu l'occasion de débattre mercredi à huis clos du budget 2014, objet de l'une des tables rondes à côté des retraites, de la justice ou de la Syrie.

Mais, nul doute qu'ils discuteront aussi longuement de la situation créée par la décision de leur secrétaire national Pascal Durand de ne pas briguer un nouveau mandat lors du congrès d'EELV le 30 novembre à Caen.  En poste depuis juin 2012, lorsqu'il avait succédé à Cécile Duflot, Pascal Durand a été victime de son ultimatum lancé à François Hollande le 14 septembre sur la transition énergétique.
Après cette rentrée calamiteuse pour leur image et à quelques mois d'élections municipales et européennes difficiles, les écologistes aimeraient cependant s'épargner une nouvelle guerre de tranchées entre leurs différents courants.

Aussi selon MM. Cavard et de Rugy, y-a-t-il déjà "consensus" sur le nom d'Emmanuelle Cosse, vice-présidente du Conseil régional d'Ile-de-France en charge du logement, pour être la candidate de la principale motion (qui regroupera notamment Cécile Duflot, Jean-Vincent Placé, Yannick Jadot et la majorité des parlementaires) qui espère être majoritaire à Caen.
Proche de Cécile Duflot, Emmanuelle Cosse, ancienne militante associative (elle a été présidente d'Act-up) n'ayant rejoint EELV qu'en 2009, "n'est pas une apparatchik du parti", se réjouit François de Rugy.

AFP

Sur le même sujet

Les + Lus