• faits divers
  • sport
  • société
  • économie
  • football
  • Insolite

FC Nantes : “5ème, ça ne veut rien dire” pour Waldemar Kita

Waldemar Kita lors du chat vidéo diffusée par lequipe.fr / © Capture d'écran du site de L'Equipe
Waldemar Kita lors du chat vidéo diffusée par lequipe.fr / © Capture d'écran du site de L'Equipe

Waldemar Kita était l'invité d'un chat vidéo en ligne sur le site de nos confrères de L'Equipe, morceaux choisis...

Par Fabienne Béranger

Mercato d'hiver

"J'aimerais bien continuer avec ce groupe qui pour moi, aujourd'hui, est un groupe qui est très solidaire, un groupe qui travaille bien. Il y a un très bon climat dans le vestiaire, je pense que c'est très important de ne pas casser cette dynamique."

Pire ou meilleur souvenir au FC Nantes

"Je ne vais pas trop parler du pire je pense qu'il vaut mieux parler du bien : la première année où l'on est montés et puis surtout au mois de juin (date de la remontée NDLR)"

Les 3 points contre Bastia​

"On est à 90% de chances de gagner" (contre la FFF, NDLR)

 

Le maintien en ligue 1

"Tout peut se passer, rien n'est acquis, restons les pieds sur terre."

Le jeu à la nantaise

"Il faut partir de la base (la formation, NDLR), cette base il n'y en avait plus il y a six ans. Cette base est revenue avec des anciens. Depuis deux ans, les jeunes sont dans les premiers". "6 millions d'euros sont dépensés chaque année dans le centre de formation" précise Waldemar Kita.

Réussite du FC Nantes

"C'est le travail qui paye (...) Nous avons aussi choisi, la saison dernière, les joueurs capables de jouer en ligue 1."

Une équipe féminine au FC Nantes

"On a déjà commencé à faire jouer des jeunes filles sous le maillot nantais. Maintenant il y a deux choix stratégiques à définir. Le premier est de savoir si on s'attache à un club régional qui est déjà bien placé en deuxième ou troisième division. Ou éventuellement, on crée tout de A à Z. On va définir sûrement, d'ici 2-3 mois, ce qu'on va faire. Il est clair qu'on aura besoin d'une équipe féminine assez rapidement dans le club."

Le joueur de  rêves

"Je crois qu'aujourd'hui ce qui est très important c'est de définir exactement de qui on a besoin à Nantes. De quelle façon on peut se servir de la personne. Et pas forcément de quelqu'un très connu (...) On aimerait bien avoir des joueurs qui rendent des services au club (...) Aujourd'hui si l'équipe, au niveau footballistique, marche bien c'est parce que le mental va bien. C'est parce qu'on a aujourd'hui les joueurs par rapport au mental."

Vendre le FC Nantes ?

"Aujourd'hui j'ai de la chance d'avoir de bons résultats mais pendant cinq ans j'en ai bavé. Si je pense qu'il vaut mieux passer la main parce que c'est quelqu'un qui fera beaucoup mieux que moi, et pour le bien du club et pour le bien de la ville, de la région, ça se discute...On peut pas dire "non, c'est pas possible". Je suis passionné, j'ai envie de continuer mais si quelqu'un est meilleur que moi, sincèrement je pense qu'il faut laisser la place. Ce qu'il faut voir c'est l'avenir du club et pas le mien (...) Ce qui est important c'est maintenant de quelle façon on peut, footballistiquement, économiquement, aller beaucoup plus loin. Et ça c'est une question qu'il faut se poser mais vraiment très très sérieusement."

Le podium final du championnat

"Parmi les cinq, il y aura toujours les mêmes, il y aura sûrement Paris, sûrement Monaco, sûrement Marseille, il y aura sûrement une surprise, sûrement Lyon, il y aura sûrement Lille, St Etienne, toutes ces équipes vont être là.'

Et Nantes ?

"Je vais être un peu ironique,si on nous avait accordé le but qu'on a marqué à Lyon, si on nous avait accordé la main à Rennes, si on avait eu un peu de chance et pas de poteau contre le PSG, on aurait fait match nul, on aurait au minimum cinq points de plus et on serait premier. Si... si... si..."

 

Djordjevic

"Djordjevic est un garçon qui aujourd'hui est très bien payé chez nous, il réussit grâce à nous. C'est nous qui l'avons mis en évidence, il ne faut pas oublier qu'il est venu à 19 ans. Donc maintenant, j'espère qu'il sera reconnaissant. On va discuter. Il sait très bien que je l'ai laissé partir en équipe nationale (La Serbie, NDLR) et dès qu'il va rentrer on va discuter". 

Un joueur de rêve dans l'effectif nantais ?​

"Aucun, tous mes joueurs me font aujourd'hui plaisir quand ils sont sur le terrain et hors du terrain. Il n'y a pas un joueur qui est exceptionnel par rapport à d'autres. Ensuite, c'est tout un collectif et c'est là notre force aujourd'hui, et il faut surtout qu'elle reste comme ça."
 

 

 

 


 



 

 


 









 

Sur le même sujet

Nantes : le point sur les travaux à la Basilique Saint-Donatien après l'incendie en 2015

Les + Lus