Notre-Dame-des-Landes : les opposants déjà en route pour Nantes

En milieu de matinée, les convois d'opposants commençaient à converger vers la ville. Un convoi d'une quarantaine de tracteurs et d'une cinquantaine de voitures roulaient au pas sur la route en provenance de Rennes.

Lors d'une précédente manifestation anti-aéoroport en novembre 2012
Lors d'une précédente manifestation anti-aéoroport en novembre 2012 © MaxPPP

Le début du défilé est prévu à 13h à la préfecture et il doit arriver, en contournant le centre ainsi que la principale avenue de Nantes, le cours des 50 otages, sur le square Daviais, au milieu d'un large terre-plein de parking et de pelouses, au pied des vieux quartiers nantais. Les tracteurs doivent en majorité s'y rendre directement et c'est là que sont prévues les prises de parole.

Compte tenu notamment de la composante anti-capitaliste de la manifestation et des précédents, la préfecture de Loire-Atlantique a imposé vendredi par arrêté une modification du tracé de la manifestation afin qu'elle évite l'hypercentre commerçant comme cela était initialement prévu par les organisateurs.​

Sont attendues les différentes composantes de l'opposition à ce projet: des associations comme l'Acipa, agriculteurs proches de la confédération paysanne, mais aussi des personnalités politiques et des militants anti-capitalistes.
Parmi les personnalités politiques annoncées, Jean-Luc Mélenchon, coprésident du Parti de gauche, plusieurs personnalités d'Europe Ecologie - Les Verts parmi lesquelles José Bové, Eva Joly, mais aussi, à titre personnel, Christian Troadec, le maire DVG de Carhaix (Finistère) et leader des Bonnets rouges.

Plus de la moitié des français défavorable au projet


Alors que les opposants au projet de Notre-Dame-des-Landes se mobilisent aujourd'hui, un sondage IFOP révèle que 56% des français sont défavorables à la construction de ce nouvel aéroport.

Cette étude a été réalisée pour le compte d'Agir pour l'environnement, d'Attac et de l'Acipa et a consisté en une seule question : "en considérant les incidences économiques, écologiques et climatiques d'un tel projet, estimez-vous que la construction du nouvel aéroport Notre-Dames-des-Landes doit être maintenue ou non ?".  Si 20% ont répondu ne pas savoir, 8% ont dit "oui certainement", 16% "oui probablement", tandis que 21% ont dit "non probablement pas" et 35% "non certainement pas".

Ce sondage a été réalisé du 12 au 14 février selon la méthode des quotas, auprès de 1 011 personnes âgées d'au moins 18 ans.


Poursuivre votre lecture sur ces sujets
notre-dame-des-landes économie société