Thon en boite attention danger, l'alerte au mercure

Pêche au thon en France. / © PASCAL GUYOT / AFP
Pêche au thon en France. / © PASCAL GUYOT / AFP

Attention à votre consommation de thon en boîte, ce gros poisson contient de plus en plus de mercure. Pas plus d'une boite par semaine, recommandent très officiellement les associations de consommateurs américains.

Par Xavier Collombier

Les méfaits du mercure

C'est une pollution diffuse, invisible. Depuis la révolution industrielle du XIXème siècle, les cours d'eau sont quasiment tous touchés. Ces métaux lourds se retrouvent inexorablement dans les océans. Longtemps utilisé dans les amalgames dentaires, il y est prohibé depuis maintenant plus d'une décennie. 
Le mercure s'élimine difficilement par l'organisme et volatile, il traverse facilement les tissus humains. "Des expositions chroniques à des composants de mercure organique causent également de sérieux désordres dans le système immunitaire qui aboutissent à une augmentation de la vulnérabilité aux infections et aux cancers." explique Nutra News.

Pas plus d'une boîte par semaine

Le thon, comme la plupart des gros poissons de l'océan, est une vraie poubelle de la mer. Ses chairs sont remplies de métaux lourds. La très écoutée association de consommateurs américaine Consumer Reports a publié la semaine dernière une recommandation pour demander aux femmes enceintes d'éviter le thon et pour tous de ne pas dépasser une boîte par semaine. 
L'association remet ainsi en cause les recommandations de l'agence fédérale en charge des risques sanitaires, la très redoutée "FDA", "Food and Drug association" qui recommande aux Américains les sources de protéines contenues dans le thon en boîte. 

Compte tenu de leur popularité et de ses concentrations de mercure, les boîtes de thon représentent 28% de l'exposition au mercure pour les Américains"


réagit Jean Halloran, responsable du suivi alimentaire au sein de l'association de consommateur, s'appuyant sur une étude de l'Agence Fédérale EPA datant de 2007(Environmental Protection Agency) . 
Le thon véritable, le plus gros, l'albacore est particulièrement montré du doigt.  Le thon light ou thon listao serait moins dangereux. Un poisson pêché sur des bateaux usines philippins. Il s'agit en fait de bonites déguisées en thon au gré des étiquettes des distributeurs comme l'explique le très bien informé site "le manger".
bonite
Chez Ocean Canning, on peut voir la totalité de la chaîne de production de ces conserves de bonite qui seront finalement vendues en France. Tout commence au port, où l’on décharge les poissons pêchés à la senne du seul chalutier de la région. Les gros thons, quant à eux, sont pêchés à la ligne par des équipes réduites embarquées sur de frêles pirogues à balancier appelées bangka. Très vite, les abondantes bonites défilent sur des tapis roulants, sont empaquetées et acheminées vers l’usine toute proche.

Manger des maquereaux

Dans nos régions de pêche, pour fuir le mercure, la solution est simple. Manger des maquereaux, des sardines au naturel ou en boite ou des plus petits poissons au milieu de la chaîne alimentaire nous exposerait moins aux métaux lourds. Une économie pour vous et votre santé.

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus