• faits divers
  • sport
  • société
  • économie
  • football
  • Insolite

Après les propos de Bernard Cazeneuve, les Verts demandent des excuses

Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve à l'Assemblée nationale le 19 novembre 2014 / © Christophe Morin - MaxPPP
Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve à l'Assemblée nationale le 19 novembre 2014 / © Christophe Morin - MaxPPP

Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve s'est livré jeudi à une attaque d'une rare violence à l'Assemblée contre le chef de file des députés EELV François de Rugy, révélatrice de la tension entre lui et les écologistes depuis la mort de Rémi Fraisse.

Par Fabienne Béranger

Dans une lettre au Premier ministre Manuel Valls rendue publique jeudi soir, l'ensemble des députés écologistes ont demandé au ministre de l'Intérieur "les excuses qui s'imposent à François de Rugy et à l'ensemble des membres de notre groupe, qui n'ont pas à faire les frais de l'incapacité évidente de votre ministre de l'Intérieur à se hisser au niveau de qualité d'échanges qui devrait être le sien devant la représentation nationale".

Lors du débat sur la réforme territoriale en fin de matinée, Bernard Cazeneuve a accusé à trois reprises François de Rugy d'avoir depuis "des semaines" à son encontre de la "haine et de l'insulte à la commissure des lèvres" en faisant référence, sans les citer, à des propos de François de Rugy, après la mort de Rémi Fraisse à Sivens (Tarn).
"Je vous ai entendu sur d'autres sujets (que la réforme régionale, ndlr) proférer des attaques que j'ai considérées comme indignes. Si vous voulez que je vous fasse la liste des propos que vous avez tenus sur mon compte qui relèvent de la diffamation, je peux les rappeler", a dit le ministre.

François de Rugy a répondu dans l'hémicycle en dénonçant le "mépris" de Bernard Cazeneuve à l'égard de "ceux qui ne pensent pas comme" lui. "Moi, je respecte votre jacobinisme."
Il a ensuite jugé que "Bernard Cazeneuve avait perdu ses nerfs, ce qui est inquiétant pour un ministre de l'Intérieur". "Il confond son orgueil
personnel et son honneur, ce n'est pas très glorieux de régler ses comptes dans un débat à l'Assemblée"
, a-t-il déploré.
"Tous les gens qui me connaissent savent que je ne corresponds pas au portrait qu'il a tenté de dresser de moi et qui est sans doute devenu une obsession chez lui", a-t-il ajouté.


A lire aussi

Sur le même sujet

La marche des migrants s'est achevée par un vaste contrôle d'identité

Les + Lus