• faits divers
  • sport
  • société
  • économie
  • football
  • Insolite

“Homos, la Haine”, Infrarouge : Laurent Kerusoré de Plus belle la vie raconte son agression

Laurent Kerusoré, Thomas dans la série de France 3 Plus belle la vie / © France 2
Laurent Kerusoré, Thomas dans la série de France 3 Plus belle la vie / © France 2

Laurent Kerusoré, Thomas dans Plus belle la vie, apportait son témoignage mardi soir dans le documentaire qu'Infrarouge, le magazine de France 2, consacrait à l'homosexualité. Il est revenu sur l'agression homophobe dont il a été victime.

Par Fabienne Béranger

Dans ce documentaire, Infrarouge a invité plusieurs hommes et femmes, jeunes et moins jeunes, à témoigner de leur expérience. Anonymes ou pas, ils ont accepté d’évoquer à visage découvert et de révéler ce qu’ils ont subi après l’annonce de leur homosexualité à leurs proches ou ce qu’ils ont vécu dans leur quotidien d’homosexuels.

Parmi ces témoignages, celui de Laurent Kérusoré, le comédien de Plus belle la vie, qui vit dans la région nazairienne.







"Quand j'ai découvert mon homosexualité, je ne me suis pas posé de question. Au contraire, j'étais très fier d'avoir trouvé.

Alors que son personnage, Thomas, incarnait avec Nicolas le couple préféré des Français, le comédien Laurent Kerusoré, comédien de Plus belle la vie, constate que depuis les manifs pour tous, la société française régresse totalement : "Depuis ces manifestations, les gens contre l'homosexualité, aujourd'hui, traversent la rue pour me dire qu'ils sont contre moi et contre mon personnage, du coup. Ce qui est pour moi étrange c'est que cette série a fait pas mal évoluer les mentalités et puis tout d'un coup... on régresse."

Les agressions sur les homosexuels ont doublé depuis le début des débats sur le mariage pour tous. Laurent Kerusoré en a lui même été victime : "Récemment, il m'est arrivé une petite mésaventure dans un magasin. J'allais juste faire des courses et effectivement un monsieur n'a pas du apprécier que je partage son magasin. Il n'a pas supporté qu'un homosexuel, parce que c'est ça, enfin "qu'un pédé, qu'un gros pédé", je crois, on ne va pas épiloguer parce qu'évidemment c'était très cru, très imagé... Je me suis retourné en lui disant de rester à sa place. Effectivement, il est resté à sa place sauf que ce monsieur a eu la bonne idée de me suivre et de m'attaquer par derrière, dans le dos. "

Résultat pour Laurent Kerusoré, une épaule démise, des côtes cassées "c'est étrange quand on ne fait rien, c'est très très violent"

Retrouvez l'intégralité de son témoignage dans "Homos, la haine" sur Pluzz.

Sur le même sujet

La marche des migrants s'est achevée par un vaste contrôle d'identité

Les + Lus