Aéroport Notre-Dame-des-Landes : une décision serait prise “avant la fin de l'année” selon de Rugy

François de Rugy sur le plateau de Public Senat-Sud radio le 8 mai 2017 / © Capture d'écran Public Senat
François de Rugy sur le plateau de Public Senat-Sud radio le 8 mai 2017 / © Capture d'écran Public Senat

Au lendemain de l'élection d'Emmanuel Macron, François de Rugy, le député de Loire-Atlantique et soutien écologiste du leader d'En Marche, a annoncé qu'une décision serait prise "avant la fin de l'année" concernant le projet controversé d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes.

Par FB avec AFP

C'est en tout cas ce qu'a annoncé sur Public Sénat/Sud Radio l'ex-candidat écologiste à la primaire socialiste élargie.
Selon François de Rugy, il "y aura une décision de prise avant la fin de l'année et qui sera mise en oeuvre. On veut sortir de la  politique de l'enlisement permanent ou de, toujours, du pourrissement des situations".
François de Rugy a rappelé qu'Emmanuel Macron, élu président de la République ce dimanche, avait "dit qu'il demanderait au gouvernement de nommer un médiateur qui aura six mois pour faire un rapport". Ce rapport "comparera les avantages et les inconvénients du projet qui est aujourd'hui en situation d'enlisement total", a-t-il ajouté.

Déclaré d'utilité publique en février 2008, le transfert de l'actuel aéroport nantais à une vingtaine de kilomètres plus au nord, à Notre-Dame-des-Landes, est au point mort depuis plusieurs années, en raison d'une forte opposition juridique doublée d'une occupation sur le terrain.

"L'évacuation des occupants illégaux est attendue avec impatience par la population, en particulier depuis la consultation et la validation des arrêtés environnementaux par la Cour d'appel de Nantes le 14 novembre dernier, confortant définitivement le projet après un total de 178 décisions de justice." souligne le SMA, le syndicat mixte aéroportuaire du Grand Ouest, par la voix de son président Bruno Retailleau.

"L'engagement clair d'Emmanuel Macron d'évacuer la zone est une bonne nouvelle pour l'ensemble des acteurs impliqués dans cette infrastructure indispensable au développement économique et social du Grand Ouest. Toutes les collectivités territoriales membres du Syndicat Mixte Aéroportuaire (SMA) sont prêtes à œuvrer pour accompagner dans les meilleurs conditions la mise en œuvre des engagements d'Emmanuel Macron".

Jeudi 27 avril, la commission européenne a classé sans suite la procédure d'infraction ouverte en 2014 contre la France sur le projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, donnant ainsi son feu vert au lancement de la construction de l'infrastructure.

 

Sur le même sujet

SUIVEZ LES ELECTIONS SENATORIALES 2017 SUR FRANCE INFO

La CPAM du Maine-et-loire accentue les contrôles

Près de chez vous

Les + Lus