Coronavirus et confinement : 10 BD pour buller intelligemment

Buller c'est bien, c'est même un peu obligatoire en ce moment, mais buller intelligemment, c'est mieux ! Et pour ça, on vous a sélectionné dix bandes dessinées signées par des auteurs ligériens et disponibles en édition numérique. De quoi élargir son horizon en restant dans son canapé...

1 Supergroom : un super-héros malgré lui
On commence avec une BD qui devrait plaire à la fois aux plus jeunes, souvent amateurs de super-héros, et aux plus anciens, leur préférant les héros classiques franco-belges. Tout simplement parce qu'il est l'association des deux. Son nom Supergroom, ses auteurs, les Nantais Fabien Vehlmann et Yoann, ceux-là même qui animent la série Spirou et Fantasio depuis une dizaine d'années. Qui est Supergroom ? "C'est un super-héros malgré lui, un super-héros qui n'a pas envie d'être un super-héros...", nous expliquait Fabien récemment, "un super-héros qui se veut écolo et se trouve pourtant entraîné dans des aventures à haut bilan carbone". Si seulement, il pouvait nous sauver du coronavirus... La rencontre avec les auteurs à retrouver ici (Supergroom tome 1, de Vehlmann et Yoann. Éditions Dupuis). 
2. Peurs bleues : un peu d'humour dans un monde d'angoisses
Que celui qui n'a jamais eu peur lève la main (bien savonnée) ! C'est humain, c'est la vie et il y a parfois de bonnes raisons d'avoir peur. Peur de l'avion, peur de l'ascenseur, peur de la voiture, peur du noir, peur des autres, du jugement des autres, peur des pommes non bio, du bruit, du silence, ou peur des virus, il y a largement de quoi faire et parfois largement de quoi se rendre malade. Alors autant en rire un peu comme nous le propose l'Angevine Mathou dans son dernier album. Peurs Bleues, le titre est explicite, la couverture l'est tout autant, Mathou dans un arbre perchée redescend le temps de nous raconter avec un humour à tenir éloigné tout mauvais virus une bonne douzaine d'histoires courtes mettant en scène ses peurs, ses angoisses, ses doutes. C'est truculent à souhait, frais jusque dans le trait, et ça fait franchement du bien par où ça passe. L'interview de l'auteure à retrouver ici (Peurs bleues, de Mathou. Éditions Delcourt).
3. Une Vie de moche : un récit de toute beauté
Qu’est-ce que la laideur ? Vaste question à laquelle le monde n’a toujours pas trouvé de réponse définitive. Parce qu’elle est forcément relative. Dans cet album paru aux éditions Marabulles, le Vendéen François Bégaudeau et la marseillaise Cécile Guillard nous en apportent une preuve éclatante, Une Vie de moche déroule la vie de Guylaine depuis son enfance jusqu’à ses 60 ans, avec ses questions, ses doutes, ses peines, les copains qui la rejettent de peur du regard des autres, les copines toujours plus belles qui attirent les garçons comme des mouches, le corps qui ne prend pas les formes espérées à l’adolescence arrivée, les expériences amoureuses ou sexuelles sans lendemain, la recherche d’un style, d’un caractère, qui pourrait atténuer, voire cacher, ce corps disgracieux… Et finalement, tout au loin, tout au bout, à des années-lumière, l’acceptation de soi. Enfin ! Un très bel album, une très belle mise en images, un découpage vivant et un dessin au lavis, intimiste et élégant à souhait. La chronique complète à retrouver ici (Une Vie de moche, de Bégaudeau et Guillard. Éditions Marabulles). 
4. Charlie Chaplin : la vie d'une étoile du cinéma 
Tout le monde connaît Charlot. Mais qui connaît vraiment son créateur ? Avec Bernard Swysen au scénario, le dessinateur nantais Bruno Bazile retrace la vie de Charlie Chaplin dans une BD parue chez Dupuis. Nous l'avions croisé à l'exposition Chaplin au Musée d'arts de Nantes il y a quelques mois, Bruno Bazile qui nous confiait à propos d'une éventuelle influence de Chaplin :

"Quand on m'a proposé ce projet de bande dessinée, ça me paraissait assez évident, ça me plaisait, j'aimais bien l'époque, les costumes. Et il y avait un lien entre ma culture BD et Chaplin. Son humour dans les films muets a, je trouve, pas mal à voir avec l'humour de Franquin dans les premiers Spirou et Fantasio. Au final, je ne sais pas qui des deux m'a le plus influencé mais j'avais l'impression de faire partie de cette famille-là, il faut savoir rester à sa place, modeste, mais j'avais l'impression que je comprenais bien la nature de ses gags visuels, des gags qui sont toujours tendres. Oui, ça m'a marqué et sans doute influencé...". La rencontre avec l'auteur à retrouver ici (Charlie Chaplin, de Swysen et Bazile. Éditions Dupuis)
5. Mentawaï : une BD à haute valeur ethnographique
Tahnee Juguin est nantaise mais ses pensées et ses pas l’emmènent régulièrement sur l’île de Siberut en Indonésie aux côtés des Mentawaï. Avec Jean-Denis Pendanx au dessin, elle a signé chez Futuropolis une oeuvre à haute valeur ethnographique sur ce peuple longtemps menacé. Sur près de 160 pages, cet album nous raconte l'une de ses visites à ce peuple animiste, longtemps opprimé sous la dictature de Soeharto, aujourd'hui encore en lutte pour ne pas être assimilé à la société indonésienne. Tour à tour conférencière pour Connaissance du monde, bergère dans les Alpes, serveuse en restauration rapide, Tahnee Juguin a aujourd’hui trouvé sa voie, bien déterminée à la poursuivre… L'interview de l'auteure à retrouver ici
(Mentawaï!, de Pendanx et Juguin. Éditions Futuropolis)
6. Le dernier Atlas : le projet fleuve de quatre Nantais
Ils sont quatre, quatre Nantais, des auteurs confirmés dans le milieu de la bande dessinée. Ils ont décidé de s’associer autour d’un projet à grande échelle. Trois volumes, six cents pages, un polar tendance SF, ou l’inverse, avec des vrais morceaux de robots géants à l’intérieur, robots élaborés aux chantiers de Saint-Nazaire pour la reconstruction de la France et peut-être pour d’autres missions moins avouables. Des robots mais aussi un scénario exigeant, un mélange savamment dosé de polar et d’uchronie qui nous emmène des rues de Nantes au parc de Tassili en Algérie, en passant par la ville de Darukhana en Inde, une bande dessinée de divertissement enrichie par une volonté affichée de poser un regard lucide sur notre monde et son passé, notamment sur la guerre d’Algérie... Le deuxième tome est prévu pour juin 2020. L'interview des auteurs à retrouver ici (Le Dernier Atlas tome 1, de Vehlmann, De Bonneval, Tanquerelle et Blanchard. Éditions Dupuis)
7. Les Couloirs aériens : le virage de la cinquantaine
Retour à la fiction pour l'Angevin Etienne Davodeau (Lulu femmes nue, Les Ignorants, Les mauvaises gens...), retour à la fiction mais avec bien évidemment une bonne dose d'humain et de quotidien. Les Couloirs aériens qu'il a co-scénarisé avec Christophe Hermenier et Joub et dessiné raconte la cinquantaine, oui la cinquantaine quand "le bide a poussé, les cheveux se sont tirés, les enfants sont arrivés puis se sont tirés aussi", bref quand les années ont passé. Pour Yvan, cette cinquantaine passe mal, d'autant qu'il vient de perdre dans un même élan son boulot, son père et sa mère. Quant à sa femme, Florence, elle est à l'autre bout du monde pour le boulot et pas prête de revenir. Que lui reste-t-il ? Un toit prêté par un copain dans un petit village du Jura avec la montagne pour horizon... De quoi faire le bilan ! (Les Couloirs aériens, de Davodeau, Joub et Hermenier. Éditions Futuropolis)
8. Putain de vies : portraits de travailleuses du sexe
Sujet tabou par excellence, la prostitution, appelée ici travail du sexe pour une acceptation plus large de ce que peut recouvrir l’activité, est au coeur du roman graphique Putain de Vies!. Un livre d’utilité publique signé par la Nantaise Muriel Douru et publié à La Boîte à bulles en partenariat avec l’ONG Médecins du Monde et l’association nantaise Paloma. Elles ou ils s’appellent Vanessa, Amélia, Giorgia, Lauriane, Louis, Emmy ou Candice. Elles ou ils viennent de France, de Chine, du Nigéria, de Roumanie ou encore de Colombie, pendant 1 an et demi, Muriel Douru a recueilli, retranscrit et mis en images leurs histoires, dix portraits, autant de parcours de vie différents et à l’arrivée un point commun : le travail du sexe.
Mais Putain de Vies! ne raconte pas seulement l’enfance, le quotidien, de ces travailleuses et travailleurs du sexe, il nous parle aussi de violence conjugale, de pauvreté, de migration, de transidentité et d’espoir, espoir de vivre comme chacun de nous, espoir de ne plus être rejeté, stigmatisé. L'interview de l'auteure à retrouver ici (Putain de vies!, de Douru. Éditions La Boîte à bulles)
9. Tout va bien : un parcours de l'intime
On n’a pas tous les jours 20 ans. Et pour Ellie, c’est plutôt une bonne nouvelle. Confrontée à sa première histoire d’amour, la jeune-femme voudrait que tout aille bien, dans son corps comme dans son esprit. Mais ce n’est pas vraiment le cas, les interrogations sont nombreuses, les émotions se bousculent, de quoi lui donner des envies de vieillir. Tout va bien raconte son parcours intime au milieu de l’amour, une histoire vraie, l’histoire de Charlie Genmor alias Anna Lkiss, une personne non binaire, c’est à dire une personne qui ne se sent ni homme, ni femme... La chronique complète à retrouver ici  (Tout va bien, de Charlie Genmor. Éditions Delcourt).
10. Lucien et les mystérieux phénomènes : une fiction pour imaginer la vie autrement
Changer nos habitudes, consommer autrement, viser le zéro déchet, respecter la nature… Impossible ? Pour les mayennais Delphine le Lay et Alexis Horellou, c’est au contraire possible et même aujourd’hui nécessaire. Leur album, Lucien et les Mystérieux phénomènes paru chez Casterman, est en tout cas fait pour éveiller les consciences des plus jeunes. Un bon début… La chronique complète à retrouver ici (Lucien et les Mystérieux phénomènes (tome 1), de Le Lay et Horellou. Éditions Casterman)
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
bande dessinée culture livres coronavirus/covid-19 santé société