Covid-19 en Pays de la Loire : le rebond. Dimanche en politique, dimanche 10 janvier à 11h25

On le redoutait après les fêtes et avec le retour du froid : l’épidémie de covid-19 repart à la hausse en Pays de la Loire. Nous sommes encore loin des chiffres de l’Est de la France mais malgré tout, taux d’incidence et de positivité montent.

On le redoutait après les fêtes et avec le retour du froid : l’épidémie de covid 19 repart à la hausse en Pays de la Loire...
On le redoutait après les fêtes et avec le retour du froid : l’épidémie de covid 19 repart à la hausse en Pays de la Loire... © France Télévisions

►Voir ou revoir l'émission "Dimanche en Politique" diffusée ce dimanche 10 janvier à 11.25

durée de la vidéo: 27 min 56
Covid-19 en Pays de la Loire : un rebond, mais pas une explosion

On savait que le début de l’année 2021 était une période à risque sur le plan sanitaire. Et deux semaines après Noël , une semaine après le we du Nouvel An, les chiffres fournis par l’ARS, l’Agence Régionale de Santé des Pays de la Loire, confirment que l’épidémie reste très présente sur notre territoire… Pire, qu’elle gagne du terrain. D’autant que la météo, très froide de ces 1ers jours de janvier, est idéale pour le développement des coronavirus.

Hausse des taux d’incidence donc. Mais pas d’explosion comme on pouvait le redouter après les fêtes : + 3% en 3 jours en Maine-et-Loire, + 12% en Loire-Atlantique, +15 en Sarthe, +18 en Vendée. Principale inquiétude : la Mayenne, où les taux d’incidence et de positivité augmentent de 40% entre mardi et vendredi. Pourquoi ? Pas d’explication encore avancée, car aucun cluster n’a été identifié dans le département.

La Mayenne et la Sarthe gardent d’ailleurs les taux d’incidence les plus élevés dans la région. À nouveau, c’est l’Est de notre région, comme l’Est de la France, l’Est de l’Europe, qui est plus touché. Pourquoi ? Le Dr Pierre Blaise, Directeur scientifique crise COVID ARS Pays de la Loire avance quelques explications.

durée de la vidéo: 00 min 58
Pourquoi l’Ouest est-il plus épargné par la covid ?

 

Concernant les chiffres de l’épidémie, un est plus encourageant : celui du nombre de patients en réanimation dans les hôpitaux des Pays de la Loire : 62 ce vendredi 8 janvier, contre 67 trois jours plus tôt. Une tendance à la baisse qui montre que pour l’instant, les services de réanimation Covid ne sont pas saturés et ne sont pas en tension dans la Région. Rappelons qu’au plus fort de la 1ère vague , 184 personnes étaient en Réa pour une cause covid le 6 avril dernier en Pays de la Loire.

Des fêtes sans effet donc dans notre région ? Pas trop vite, car les conséquences du Nouvel An ne se font pas encore pleinement sentir dans les chiffres. Et on sait que c’est ce réveillon qui était particulièrement redoutée par les médecins. Il faut donc attendre encore quelques jours pour mesurer ces effets.

D’autant que les inquiétudes des médecins portent sur les variants du covid19. Aucune souche n’a été détectée pour l’instant en Pays de la Loire, mais pas de doute : le variant britannique circulera à un moment ou un autre sur notre territoire.

80 000 vaccinés en Pays de la Loire d’ici fin janvier

L’espoir ici et ailleurs réside donc dans les vaccins. Les 1ers ont été administrés en Pays de la Loire en début de semaine. 1600 personnes ont été vaccinées dans la région depuis, et d’ici la fin du mois, l’ARS des Pays de la Loire estime que 80 000 pourraient l’être si elles le souhaitent. Les doses pour atteindre ces chiffres seront disponibles. Jusqu’à 8 centres de vaccination pourraient être ouverts dans les départements de la région, selon leur taille.

À partir du 18 janvier, les personnes de + 75 ans ne vivant pas en Ehpad pourront être vaccinées. Pour cela, elles devront s’inscrire sur un site Internet ou par téléphone, qui seront connus en milieu de semaine prochaine.

Pour le pr François Raffi, médecin et chef de service des maladies infectieuses au CHU de Nantes, ce vaccin est "Le seul moyen de venir à bout de ce foutu virus" !

Il a fait partie des 1ers vaccinés au CHU, ce jeudi, et dit depuis "aller très bien" ! D’autant qu’il présente les dernières données fournies par l’Agence du médicament aux Etats-Unis : sur 2,3 millions de personnes vaccinées dans le pays, seules 21 ont fait une réaction grave, mais sont depuis rétablies.

Il incite donc, comme la majorité des médecins, à se faire vacciner. Après les +75 ans à partir du 18 janvier, les +65 ans pourront eux aussi s’inscrire. Pas de date précise encore, mais la mi-février est envisagée pour cette nouvelle phase dans la campagne de vaccination.

 

Médecins et patients : quelles attentes face au vaccin anti- codid 19?

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société