Déconfinement : un week-end tragique sur les routes en Pays de la Loire

© France Télévisions Damien Raveleau
© France Télévisions Damien Raveleau

Deux jeunes hommes ont perdu la vie ce week-end sur les routes de la région. L’un en Vendée, l’autre en Maine-et-Loire. Deux décès et, plus généralement, des infractions routières qui interpellent, une semaine seulement après le déconfinement. 

Par Richard Coffin

On peut comprendre qu'après une période de confinement, qui a été longue, les gens aient une frénésie de liberté. Mais cette frénésie ne doit pas se transformer en folie - Bernard Dabreteau, Maire de Rocheservière 

Ce lundi 18 mai, l'édile de Rocheservière est encore marqué par ce qu’il vient de vivre. Dans la nuit de samedi à dimanche, dans la commune de Montréverd, en Vendée, le conducteur d’une Laguna, avec quatre passagers à bord, perd le contrôle de son véhicule.

Vers une heure du matin, ce premier week-end de déconfinement vire au drame : un jeune homme de 16 ans, originaire de Rocheservière, meurt dans l’accident. Bernard Dabreteau se rend alors sur les lieux. C’est lui qui annoncera ensuite la terrible nouvelle aux parents du garçon. 

J’avais le lieutenant de gendarmerie avec moi. C’est horrible. Quand on est maire, d’aller annoncer à des parents la mort d’un enfant, c’est l'horreur absolue"- Bernard Dabreteau, Maire de Rocheservière 

On peut supposer que la vitesse ait joué un role préponderant dans ce drame. Reste à savoir dans quelle mesure. Une enquête est en cours. Les autres garçons, âgés de 15 à 18 ans, ont été hospitalisés. Ils sont tous sortis ce lundi 18 mai. 

Dans le Maine-et-Loire, c’est un tragédie similaire qui se joue. Dimanche, vers 5h30, entre Beausse et Bourgneuf-en-Mauges, sur la route départementale 218, un jeune conducteur de 23 ans se tue lui aussi. Il aurait vraisemblablement mordu le bas-côté, fait plusieurs tonneaux avant de percuter un arbre. Là encore, une enquête devra déterminer si c’est la vitesse seule qui a provoqué ces accidents, où si d’autres facteurs sont venus s’ajouter (fatigue, alcoolémie, stupéfiants...). 

Les mauvaises nouvelles ne s’arrêtent pas avec la fin du week-end. Lundi 18 mai, en fin de journée, à Nantes, du côté de la place de Pirmil, les pompiers interviennent pour un acccident, entre un véhicule et un scooter.  Le pilote du deux roues, un homme de 27 ans, inconscient, est transporté au CHU de Nantes, dans un état critique.

Manque de réflexe après deux mois de confinement ? Vitesse inadaptée ? En matière de sécurité routière, les comportements interpellent toujours autant.
 

Avant, après confinement, un changement d’attitude sur la route?

Le pied est encore lourd. C’est le moins que l’on puisse dire. Pendant le confinement, déjà, la vitesse et le comportement de certains provoquaient inquiétudes et de consternation.

Manifestement, depuis le 11 mai, date du déconfinement, le constat n'est guère réjouissant. En Loire-Atlantique, par exemple, on note 230 infractions à la vitesse, 29 concernent de grands excès, c'est-à-dire supérieurs de 40 km/h à la vitesse autorisée.

Samedi, on a contrôlé un véhicule à 186 km/h et dimanche à 216 km/h. Et dans un des cas, il s'agissait d'une course entre deux usagers. C'est complètement irresponsable ! - Johann Mougenot, directeur de cabinet du Préfet de Loire-Atlantique

Certes, le confinement a eu un effet positif, avec une baisse du nombre de tués dans le département de Loire-Atlantique. On en déplore aujourd'hui 16, alors que l'année dernière à pareille époque, le nombre était de 26. "Mais il faut rester humble, car ce que l'on voit, c'est que les comportements à l'origine de ces décès l'an passé, notamment en matière de vitesse, on les retrouve maintenant" souligne Johann Mougenot.

Le week-end de l'Ascension se profile, les craintes également

Jeudi férié, et ces quatre jours, comme un air de vacances. Avec le beau temps qui s'annonce, les inquiétudes, routières, pointent. Surtout après le week-end passé, et 55 jours de confinement. Pour la préfecture de Loire-Atlantique, les solutions magiques n'existent pas : "C'est un week-end à risque. On va être vigilant. Il y aura des dispositifs renforcés, c'est incontournable". 

Attendez-vous donc à voir la maréchaussée en bord de route. Et pensez à lever le pied. Les week-end prolongés sont aussi faits pour ça : aller moins vite.   

Depuis le 11 mai en Loire-Atlantique 

  • 230 infractions à la vitesse
  • 29 grands excès de vitesse
  • 26 alcoolémies rélevées
  • 8 conduites sous emprise de stupefiants
  • 108 immobilisations de véhicules
  • 77 retraits de permis de conduire

Sur le même sujet

Les + Lus