Déconfinement : les viticulteurs du Val de Loire misent sur un plan de relance économique

La chute des ventes de vins de Loire, due à la fermeture des frontières et des restaurants, a fortement impacté la profession. Interloire, qui regroupe près de 3 700 vignerons et négociants, a décidé d'investir un million d'euros pour relancer son activité.
Les vins du Val de Loire s'étendent du Nantais à la Touraine, en passant par l'Anjou-Saumur.
Les vins du Val de Loire s'étendent du Nantais à la Touraine, en passant par l'Anjou-Saumur. © Maxppp

L'interprofession des Vins du Val de Loire, Interloire, a décidé d'investir un million d'euros dans un plan de relance global. Ce plan entend soutenir la filière et la "marque" des vins de Loire en France et à l'étranger.

Pour l'essentiel, il s'agit de financer des messages publicitaires, sur des médias nationaux et sur les réseaux sociaux, pour "stimuler des intentions d'achat sur les périodes de l'été et de l'automne", après les pertes enregistrées lors de l'épisode du confinement.

On a déjà perdu entre 150 et 200 millions d'euros de chiffres d'affaires en deux mois. Si la consommation ne repart pas, on pourra vite enregistrer une perte de l’ordre de 300 millions d'euros pour les Vins du Val de Loire. - Jean-Martin Dutour, président d'InterLoire.

Les premiers de ces 21 000 spots prévus seront diffusés en juillet sur les radios nationales et régionales (plus de 130 stations) et des achats d'encarts dans les éditions spéciales "vins" de la presse nationale à la rentrée devraient suivre.

En plus, l'interprofession prévoit une large campagne d'affichage en région parisienne et dans le Grand Ouest sur plus de 1 400 panneaux. 

Enfin, pour le numérique, Interloire table sur des partenariats avec des influenceurs et des achats de bannières publicitaires sur les réseaux sociaux.

Les professionnels de vins de Loire n'oublient pas le marché international qui représente près de 20% de ventes. Un secteur de l'exportation qui a subi de plein fouet la fermeture des frontières pendant le confinement et qui peine encore à se rétablir.

Des campagnes ciblées vont être menées chez les cavistes du Royaume-Uni (18% des volumes exportés) et de Belgique. En Allemagne (15% des volumes exportés), le recours aux influenceurs sur les supports numériques sera aussi de mise.

Enfin, un partenariat avec la plateforme web Taste of France permettra de toucher les États-Unis (25% des volumes exportés) et le Canada, la Chine ou encore le Japon.

© Vins du Val de Loire

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
déconfinement société économie vins culture gastronomie